Hitler et Bush ? (1)

Publié le par Gerald

La famille Bush et l'Allemagne nazie (partie I)

Comment les financiers Thyssen et Bush ont armé Hitler

La famille Bush a joué un rôle central dans le financement et l'armement d'Adolf Hitler avant son accession au pouvoir en Allemagne. Elle a aidé les fabricants de canons à construire la machine de guerre nazie. Durant les premières années de guerre, la famille Bush a empoché les bénéfices du travail forcé dans les mines d'Auschwitz. Elle a aidé à développer la théorie de la «race pure». Premier article d'une série de trois sur les liens de la famille Bush avec l'Allemagne nazie.

A la fin de la première mondiale, August Thyssen, le plus grand producteur militaire d'Allemagne, craint l'effondrement de son empire sidérurgique. Il fonde à Rotterdam aux Pays-Bas, pays «neutre», la Banque du Commerce et de la Navigation. Il y transfère le butin de guerre de l'August Thyssen Bank à Berlin pour ne pas payer les dédommagements exigés par le traité de Versailles. Le vieil August offre 100 millions de dollars à son fils Fritz, ainsi que son empire industriel dans la région de la Ruhr. En 1923, Fritz Thyssen est conquis par Adolf Hitler, l'homme qui peut sauver l'industrie allemande des révoltes de la classe ouvrière.1 Le baron de l'acier rencontre Hitler et le général Erich Ludendorff et décide de verser 100.000 marks-or au jeune parti nazi, le NSDAP.

Mais le parti de Hitler a besoin de beaucoup plus de fonds pour vaincre le mouvement communiste. Le butin de guerre planqué à Rotterdam ne suffit pas. Thyssen souhaite donc créer une branche américaine. En 1922, il rencontre à Berlin Averell Harriman, patron de la société d'investissement W.A. Harriman & Co. Un rapport d'enquête officiel datant de 1942 relate: «Harriman et Thyssen ont convenu de créer une banque pour Thyssen à New York. Des amis d'affaires de Harriman se chargeraient de la direction, avec l'envoyé de Thyssen, H.J. Kouwenhoven, arrivé spécialement aux Etats-Unis à cet effet.»2

 

La direction de Brown Brothers & Harriman. Le deuxième à partir de la gauche est Prescott Bush, grand-père de George W. Bush. La firme travaille avec le géant de l'acier allemand Fritz Thyssen, pour porter Hitler au pouvoir. L'argent des crimes nazis atterrit aux USA et George Bush père s'en servira plus tard pour se lancer dans le secteur pétrolier. (Photo archives )

Les fabricants
de canons allemands s'adressent
à la famille Bush

Ainsi, après Berlin et Rotterdam, Thyssen s'installe aux Etats-Unis. Début 1924, Kouwenhoven, directeur de la Banque du Commerce et de la Navigation, se rend à New York pour y créer, avec l'aide d'Averell Harriman et George 'Bert' Walker, l'Union Banking Corporation (UBC) à Broadway, à la même adresse que Harriman & Co. En réalité, l'Union Banking Corporation est la propriété de la Rotterdamse Bank, à son tour propriété de Fritz Thyssen.3

Le 10 janvier 1925, la August Thyssen Hütte obtient un prêt de 12 millions de dollars d'une autre banque américaine, la Dillon, Read & Co et 5 millions de dollars un an et demi plus tard. Dillon est un vieil ami de Sam Bush, l'arrière-grand-père de l'actuel président américain. Sa banque est utilisée par Standard Oil, Ford, General Electric, Du Pont et ITT pour financier Hitler. Grâce aux dollars américains, toute l'industrie sidérurgique allemande se fond, sous la direction de Fritz Thyssen et de Friedrich Flick, dans les Vereinigte Stahlwerke (les Aciéries réunies).4 «Les tâches étaient réparties: les comptes personnels et confidentiels de Thyssen à des fins politiques et connexes sont dirigés par l'organisation de Walker-Bush; alors que les Vereinigte Stahlwerke effectuaient leurs opérations bancaires via Dillon Read.»5

Le 1er mai 1926, George Walker confie la vice-présidence de Harriman & Co à son beau-fils, Prescott Bush, grand-père de George W. Bush. En 1931, Harriman & Co fusionne avec une société d'investissement britannique. Brown Brothers & Harriman obtient une part importante dans l'industrie minière polonaise, la Consolidated Silesian Steel Corporation. Les deux tiers de cette compagnie sont aux mains de Friedrich Flick,6 qui appartient au «cercle d'amis» de Heinrich Himmler. Il utilise une partie de ses bénéfices pour financer l'organisation terroriste Schutzstaffel (S.S.).

Prescott Bush se voit confier la supervision des Vereinigte Stahlwerke de Thyssen et Flick. Ceux-ci financent Hitler jusqu'à son accession au pouvoir. En 1932, Thyssen organise une rencontre avec Hitler au Park Hotel de Düsseldorf. Il parvient à convaincre les bonzes de l'industrie de la Ruhr de soutenir Hitler. Les magnats de l'acier seront le cur de l'industrie de guerre allemande: les Vereinigte Stahlwerke produisent 50,8% du fer, 41,4% des tôles d'acier, 35% des explosifs et 22,1% du fil d'acier de toute l'Allemagne nazie.7

L'arrière-grand-père et le grand-père Bush avaient intelligemment placé leurs billes. Via la banque Brown Brothers & Harriman ils investissent dans l'Allemagne nazie. Via la banque UBC de Thyssen ils récoltent aux USA les bénéfices de l'armement. Ceux-ci se chiffrent en 1934 à des centaines de millions. A New York, Prescott Bush est devenu entre-temps le managing director d'UBC. «La famille Bush savait très bien que Brown Brothers était le canal qui acheminait l'argent vers l'Allemagne nazie et que l'Union Bank était le pipeline secret qui amenait l'agent nazi aux Etats-Unis, via les Pays-Bas», écrit John Loftus, ancien procureur du département US contre les crimes de guerre nazis.8

Esclavage dans
les mines polonaises au profit de Prescott Bush

La Consolidated Silesian Steel Corporation est établie près de la ville d'Oswiecim en Pologne, dans l'une des régions les plus riches en minerais. En 1934, la société de Flick et Bush est accusée par le gouvernement polonais de fraude, de comptabilité fictive et d'évasion fiscale. L'année suivante, l'arrière-grand-père Bush conclut un compromis avec le gouvernement polonais. Mais la Consolidated Steel continue à piller les minerais de Pologne pour la fabrication de chars, d'avions et d'explosifs, qui serviront à l'Allemagne pour envahir la Pologne cinq ans plus tard.

C'est à Oswiecim que Hitler fera construire en 1939 le premier camp de concentration qui entrera dans l'histoire sous le nom allemand de la petite ville: Auschwitz. Dès la fin de 1941, le camp sera également utilisé pour le travail forcé sous l'autorité des SS de Himmler.9 Les prisonniers «valides» travaillent comme des esclaves dans les mines et dans les usines d'IG Farben et de la Consolidated Steel. Pendant la guerre, Thyssen et Flick revendent la Consolidated Steel à UBC. La société est rebaptisée Silesian American Corporation, totalement contrôlée par Harriman et le manager Prescott Bush. Le grand-père Bush et Harriman empocheront l'argent du travail fourni dans les mines par les milliers d'esclaves en provenance d'Auschwitz.10

Après l'attaque de Pearl Harbour en 1941, le gouvernement américain interdit le commerce avec l'ennemi (Trading with the Enemy Act). Le 22 octobre 1942, les actions de l'Union Banking Corporation sont saisies, y compris celles de Harriman et Prescott Bush. Le gouvernement constate que la banque de Bush «gère les bénéfices de la famille Thyssen et appartient à des ressortissants d'une certaine nation ennemie».11 Harriman et Bush sont dénoncés comme collaborateurs. Un mois plus tard, le gouvernement reprend aussi la Silesian American Corporation. Mais la société peut continuer à travailler et Prescott Bush conserve sa fonction jusqu'en 1943 grâce au soutien de l'avocat Allen Dulles, l'homme qui créera plus tard la CIA.12 A la mort de Fritz Thyssen, en 1951, les actionnaires de Brown Brothers & Harriman récupèrent leur argent sale. Prescott Bush reçoit 1,5 million de dollars pour sa part dans UBC, qu'il donne à son fils, George Herbert Walker Bush, pour se lancer dans le secteur du pétrole.13 Avec ces fonds, George Bush senior fonde la Bush-Overby Development Company, active dans le commerce du pétrole et dans les brevets pétroliers. Deux ans plus tard, il crée la Zapata Offshore Oil Company, la firme qui exploitera les premiers puits de pétrole au large du Koweït et qui plus tard, comme Pennzoil Company, obtiendra des intérêts au Qatar et en Egypte.14 C'est avec l'argent des crimes nazis que la famille Bush s'est lancée dans le secteur pétrolier, qu'elle s'est liée à la famille royale du Koweït et qu'elle a déclenché la première guerre du Golfe contre l'Irak.15

 

1 Tony Rogers, Heir to the Holocaust. Prescott Bush, 1.5 Million Dollars, and Auschwitz: How the Bush Family Wealth is Linked to the Jewish Holocaust. In: Clamor Magazine, 6 mai 2002. http://www.clamormagazine.org/features/issue14.3_feature.html · 2 Memorandum to the Executive Committe of the Office of Alien Custodian, 5 octobre 1942. Cité dans: Georg Webster, G. Tarpley et Anton Chaitkin. George Bush: The Unauthorized Biografy. Chapitre 2, p 3. http://www.tarpley.net/bushb.htm · 3 John Loftus, The Dutch Connection, How a famous American family made its fortune from the Nazi's. http://www.baltech.org/lederman/bush-nazi-fortune-2-09-02.html · 4 K.E. Von Schnitzler, Der Rote Kanal. Ed. Nautilus, 1992, p 291. · 5 Georg Webster, G. Tarpley et Anton Chaitkin. George Bush: The Unauthorized Biografy. http://www.tarpley.net/bushb.htm · 6 Georg Webster, G. Tarpley et Anton Chaitkin. o.c. · 7 Georg Webster, G. Tarpley et Anton Chaitkin. o.c. · 8 John Loftus, o.c. · 9 Arno J. Mayer, De hakenkruistocht tegen rood en jood. Berchem, EPO, 1999. pp 210-215. · 10 Tony Rogers, o.c. · 11 Tony Rogers, o.c. · 12 Tony Rogers, o.c. · 13 Tony Rogers, o.c. · 14 Eric V Thompson, Major Oil Companies in the Gulf Region. University of Virginia, Petroleum Archives Project, Arabian Peninsula and Gulf Studies Program. Prepared with support from The Kuwait Foundation for the Advancement of Sciences. http://www.virginia.edu/igpr/apagoilhistory.html · 15 Chris Floyd, Blood Simple. In: Metropolis, The Moscow Times, 13 septembre 2002. http://www.tmtmetropolis.ru/stories/2002/09/13/120.html

Commenter cet article

desbabas 18/04/2008 21:10

eh bien. Je savait déjà pour le trading with the ennemy act, mais là ça va drolement plus loin. Merci pour les infos, si vous n'y voyez pas d'inconvénient j'aimerais vous cité dans mon article sur le capital et l'antisémitisme.

C'est du bon travail en tout cas, encore bravo.