Bush devenus président?

Publié le par Gerald

Un parfum de coup d'état

Pendant sa campagne électorale, Al Gore avait promis qu'il "travaillerait dans l'intérêt du peuple", et qu'il "s'attaquerait aux puissants", dénonçant "les grands pollueurs" et les "grandes entreprises pharmaceutiques".
Pour lui barrer la route et faire élire "leur" candidat Georges W. Bush, les maitres du monde ont organisé ce qui ressemble beaucoup à un coup d'état...

 

Al Gore a obtenu un demi-million de voix d'avance au niveau national, mais c'est Georges W. Bush qui est aujourd'hui installé à la Maison Blanche, grâce aux élections truquées de Floride, un état dirigé par Jeb Bush, le frère de Georges W. Bush.

L'élection a finalement été remportée dans cet état avec seulement 537 voix d'avance, et dans des conditions particulièrement troubles.
 

Une élection sous le signe de la tricherie

Dans l'année précédent l'élection, Jeb Bush avait fait voter par l'état de Floride une loi qui instaurait la suppression du droit de vote pour des dizaines de milliers d'électeurs ayant commis des infractions mineures. Or ces électeurs étaient le plus souvent issus des quartiers populaires qui votent majoritairement pour le Parti Démocrate.

Le jour de l'élection, la police de Floride a reçu l'ordre d'établir plusieurs barrages sur les routes reliant des quartiers Noirs aux centres de vote, afin de créer des embouteillages et décourager les électeurs d'aller voter.

Le soir de l'élection, des urnes bourrées de buletins ont été retrouvées cachées dans une église et une école.

Des machines à voter se sont avérées défectueuses voire truquées, et les bulletins de vote comprennaient des cases à cocher dont la disposition créait la confusionau détriment d'Al Gore.

La victoire officielle de Bush a été obtenue uniquement grâce à l'acharnement en justice des Républicains pour faire interrompre le recompte des bulletins alors que celui-ci commençait à tourner en faveur d'Al Gore. Le résultat de l'élection. Le résultat de l'élection a été déterminé non pas par les électeurs, mais par la décision de la Cour Suprème, présidée par un juge républicain et ami du père de George W. Bush.

 

Une Amérique sous le contrôle des multinationales

Comme Ronald Reagan, Georges W. Bush est un président fantoche, sans vision politique, ce qui assure les Maitres du Monde d'avoir les mains libres pour diriger la planète. C'est pourquoi ils ont généreusement financé la campagne électorale de Bush, la plus chère de l'histoire.

De plus, Georges Bush Junior est le fils de l'un des plus grands maitres du monde: Georges Bush-père, ancien président, ancien directeur de la CIA, et fondateur de la compagnie pétrolière Zapata Oil.

Grâce à cette "élection", les Maitres du Monde vont pouvoir accélérer la réalisation de leurs grands projets:
- imposer les OGM, le clonage, les brevets sur les espèces vivantes et sur l'homme, la marchandisation du vivant afin de transformer le corps humain en ressource exploitable
- déréglementation du commerce mondial,
accords multilatéraux visant à anéantir le pouvoir des états
- déclenchement d'une nouvelle "crise économique" afin de justifier une nouvelle vague de restructuration de l'économie, faire diminuer les salaires, précariser les emplois, obtenir plus de "flexibilité" des salariés, et opérer de nouveaux licenciements. La nouvelle crise économique à venir sera un "investissement" pour une nouvelle ère de croissance des marges de profit des entreprises.
 

Plus que jamais, les grands lobbies industriels et les multinationales exercent une influence directe sur la politique américaine.

L'Administration Bush compte plus de dirigeants d'entreprises qu'aucune autre Administration précédente. 80% des membres du gouvernement sont des anciens dirigeants de l'industrie pétrolière ou militaire.

Andrew Card, chef de cabinet de Bush, a été vice-président de General Motors. Paul O'Neil, Secretaire au Trésor, fut président d'Alcoa. Le Secretaire au Commerce est directeur général de Tom Brown Inc, compagnie pétrolière. La Conseillere à la Sécurité Nationale, Condoleeza Rice est membre du CA de Chevron (un tanker de la société porte même son nom). Charles Schwab est membre du Conseil international à la banque d'affaires J.P.Morgan. Donald Rumsfeld, à la tête du Pentagone, a été directeur général de deux grosses sociétés des industries militaires (General Instruments) et biotechnologiques (Searle).

George W.Bush et son vice-président Dick Cheney (ami et proche conseiller de Georges Bush-père) viennent tous les deux de l'industrie pétrolière. Le Ministère de l'Energie est presque entièrement entre les mains de gens en relation avec l'industrie pétrolière ou électrique parmi lesquels Phillips Petroleum, l'Institut d'Energie Nucléaire, et Southern California Edison (l'une des deux entreprises responsables de la faillite du réseau électrique californien).

George W. Bush avait déjà déclaré pendant sa campagne qu'il "ne croyait pas du tout à l'effet de serre". Dès les premières semaines de sa présidence, il a annoncé une série de mesures directement inspirées par les intérêts du lobby pétrolier et énergétique:
1 - les Etats Unis n'appliqueront pas les accords de Kyoto sur la réduction des émissions de CO2
2 - la prospection pétrolière sera autorisée dans le Refuge national de la faune de l'Arctique en Alaska, ce qui saccagerait irréversiblement un site naturel exceptionnel (en raison de la pollution à grande échelle causée par les rejets des eaux de forage).
3 - le budget consacré à la recherche et au développement des énergies renouvelables (solaire, éoliennes, etc) sera réduit d'un tiers. Réduction d'un tiers également du budget consacré aux économies d'énergie.
4 - Les centrales électriques américaines au pétrole et au charbon qui avaient été fermées pour cause de pollution excessive seront réouvertes et à nouveau exploitées. La loi sur la qualité de l'air sera modifiée, en augmentant les niveaux de pollution autorisés.

Au Ministère de la Santé, les industries pharmaceutiques, biotechnologiques, hospitalières et les assurances ont toute leur place. On y trouve les représentants de Merck (le 2è groupe pharmaceutique américain), Ernst and Young, et l'Association Nationale des Assureurs médicaux.

Publié dans Politique

Commenter cet article