Espionnage

Publié le par Gerald

Le FBI a espionné des groupes écologistes et pacifistes

lundi 18 juillet 2005

AFP 18.07.05 | Le FBI, la police fédérale américaine, a espionné plusieurs groupes écologistes, pacifistes ou de défense des droits de l’homme, ont indiqué lundi plusieurs journaux américains. Selon le New York Times et le Washington Post notamment, le FBI a surveillé au cours de ces dernières années les sites internet de plusieurs organisations comme Greenpeace ou l’Aclu, la principale association des défense des droits civiques. Quelque 3.500 pages de documents sur ces organisations, critiques envers le gouvernement de George W. Bush, ont ainsi été accumulées. Anthony Romero, directeur de l’Aclu, s’est dit "choqué" par ces révélations. "Pourquoi le FBI a-t-il rassemblé plus d’un millier de documents sur une organisation de défense des droits civiques qui se livre à une activité légale ?", a-t-il dit au New York Times. Selon l’Aclu, les responsables anti-terroriste du FBI qui disposent de pouvoirs accrus depuis les attaques du 11 septembre 2001, cherchent à créer l’amalgame entre les activités légales de désobéissance civile et les activités présumée de terrorisme. Parmi les organisations surveillées par le FBI figure également une association baptisée "Unité pour la paix et la justice" qui a organisé plusieurs manifestations contre la guerre en Irak notamment lors de la convention du Parti républicain à New York en août 2004. Le FBI a été contraint par la justice de reconnaître qu’il avait constitué des dossiers sur ces organisations à la suite d’une plainte de ces associations. Des responsables du FBI et du département de la Justice ont confié aux journaux qui ont révélé l’affaire que leur intention n’était pas d’entraver les activités politiques légales de ces organisations.

Commentaire FLJ : En 2004, des députés français de la majorité avaient déposé une proposition de loi pour le rétablissement de la peine de mort pour les terroristes. L’association Faire Le Jour avait dénoncé cette proposition de loi (voir http://www.fairelejour.org/article.php3 ?id_article=760) en partant du principe que la définition de terroriste était propre à chaque gouvernement. Aujourd’hui, avec des crapules comme Bush, Blair ou Sharon au pouvoir (pour ne citer que des élus de "démocraties"), on s’aperçoit que la définition du terroriste se rapproche de plus en plus de celle d’activiste, de militant altermondialiste, d’écologiste, de syndicaliste...

Publié dans Activisme

Commenter cet article