Top secret

Publié le par Gerald

La CIA utilise un avion secret pour interroger des suspects sous la torture

lundi 7 mars 2005

AFP | 07.03.05 | Les services de renseignement américains (CIA) utilisent un avion secret pour emmener des personnes suspectées de terrorisme dans des pays où les pratiques de torture sont courantes, selon une émission télévisée de la chaîne américaine CBS diffusée dimanche soir. L’émission "60 Minutes" a diffusé une bande vidéo montrant un Boeing 737 sur une piste d’atterrissage de l’aéroport de Glasgow. Les auteurs de l’émission affirment qu’ils ont pu suivre la trace de cet appareil à travers des noms fictifs de compagnies. Selon eux l’appareil avait effectué au moins 600 vols vers une quarantaine de pays, tous après le 11 septembre 2001, dont 30 voyages en Jordanie, 19 en Afghanistan, 17 au Maroc et 16 en Irak. L’appareil s’est également rendu en Egypte, en Libye, ainsi que dans la baie de Guantanamo (Cuba), précise l’émission. L’appareil est l’un de deux que la CIA utilise dans le cadre de son programme "restitution" (qui consiste à envoyer des suspects à des gouvernements étrangers pour qu’ils les interrogent. La CIA n’a pas reconnu officiellement l’existence de cette pratique. Le citoyen allemand Khalid El-Masri a confié à CBS qu’il se trouvait en vacances en Macédoine lorsqu’il a été arrêté et détenu par la police pendant trois semaines, emmené à l’aéroport, battu par des hommes masqués, drogué puis placé sur le 737. L’avion a quitté Skopje (Macédoine), et s’est rendu à Bagdad puis à Kaboul. El-Masri a affirmé qu’il s’était réveillé dans la cellule d’une prison où ses ravisseurs lui ont dit : "Tu es dans un pays sans lois et personne ne sait que tu es ici". "Il était clair pour moi qu’ils voulaient me dire que je pouvais passer 20 ans dans cette prison et être enterré n’importe où" a ajouté El-Masri. Il a ajouté que parmi ses compagnons de cellule il y avait des Saoudiens, des Tanzaniens, un Yéménite et un Pakistanais qui avait vécu aux Etats-Unis. El-Masri a précisé qu’il a été maintenu dans un isolement total pendant cinq mois puis relâché sans aucune explication. Toujours selon cette émission le Boieng s’est également rendu en Ouzbékistan. Un ancien ambassadeur britannique dans ce pays, Craig Murray, a affirmé que les personnes chargées des interrogatoires dans ce pays utilisaient des méthodes inhabituellement cruelles y compris "la noyade par suffocation, le viol... et l’insertion des membres dans un liquide bouillant". L’ancien ambassadeur a précisé au cours de l’émission qu’il avait fait état du fait que les informations obtenues l’avaient été sous la torture, que la CIA le savait et que cela ne semblait pas du tout gêner la Centrale américaine du renseignement. Selon CBS, ce diplomate a été rappelé à Londres il y a quatre mois et n’a plus travaillé depuis au service de l’Etat.

Publié dans Justice

Commenter cet article