Energie libre 2

Publié le par Gerald

énergie libre

 

Le MEG : une machine à énergie libre ? (2)

Analyse de la mauvaise foi des contradicteurs

Petit topo sur le MEG:

Le MEG semble décrié par un certain nombre de personnes, avec des arguments scientifiques de mesure à la clef; mais en les regardant de près, ils n'ont aucune validité.

 
Exemple 1
Calculs volontairement faussés

Voir ici les mesures de puissance d'entrée et de sortie du MEG 3.0 par Naudin:
(les puissances sont calculées sans prendre en compte les valeurs efficaces)
http://jnaudin.free.fr/meg/megv21.htm

Cliquez ici pour voir l'orignal en plein format


Image redimensionnée - cliquez dessus pour voir l'original en plein format


Voir ici les calculs refaits en reprenant ces mêmes valeurs lues sur les graphes de Naudin:
http://www.theverylastpageoftheinternet.com/magneticDev/meg/beardenmeg.htm

 
Equations de base de l'électricité:
(1) V = IR
Loi d'Ohm

2) P = VI (puissance transférée)
P = V²/ R = I²R (dissipation dans une résistance)

Pour certains cas, ces équations s'adaptent; c'est le cas dans les circuits à courant alternatif, où il faut calculer la puissance moyenne, alors que ces calculs donnent la puissance instantanée. Lorsqque la tension est constante et le courant alternatif sinusoïdal:

(3) Pmoyenne = V (I0/ racine de 2)
Si la tension et l'intensité sont alternatives:

(4) Pmoyenne = V0²/ 2R
(5) Pmoyenne = (V0 / racine de 2) (I0 / racine de 2) = V0 x I0 / 2

Données du MEG 3.0:
Entrée: l'oscilloscope suggère 28V de tension constante. Le courant est alternatif (AC) d'amplitude I0 à peu près égale à 0.125A.
Sortie: 500v sinusoïdal(pic à pic divisé par 2), 0.044 A.
L'entrée est en courant AC (alternatif), on utilise donc l'équation 3:

(3) Pmoyenne = V (I0/ racine2)
Pentrée = 28 x 0.125 /racine de 2= 2.47 Watts

La sortie est sinusïdale, donc on utilise l'équation 4. La seule chose à noter est que ça a été mesuré à travers une résistance de 100 kohms, et c'est ce qui doit être utilisé dans les calculs, et comme il y a deux bobinages de sortie, on multipliera le résultat par 2

(4) Pmoyenne = V0² / 2R Psortie = 500² / 2 * 1000000= 1.25 Watts
Psortie totale= 2.50 Watts

coefficient d'efficacité (COP) final du MEG 3.0= 2.50 / 2.47= 101%

Là où ce calcul n'est pas valide, c'est que Naudin n'a jamais dit que la tension de 500V était mesurée aux bornes d'une résistance de 100Kohms. On peut appliquer Pmoyenne = V0²/2R lorsque V0 est la tension appliquée aux bornes de la résistance R. Naudin précise seulement qu'il utilise une résistance de 100Kohms; mais il peut très bien avoir utilisé un pont diviseur de tension et donc appliqué une tension inférieure aux bornes de la résistance ou autre chose. Il n'est pas assez clair sur ses techniques de mesure, c'est sûr, pas assez transparent.

Ce qui est à prendre en compte, ce sont les résultats des courants et tensions circulant dans la charge qu'il a utilisé pour sa mesure. Ils apparaissent sur le graphique, et on utilise alors l'équation (5) donnée gentiment par notre dé-crieur:
Pmoyenne = = V0 x I0 / 2 = 500 x 0.44 / 2 = 7,8 watts

et là on ne sait pas si Naudin a mesuré la puissance totale des deux bobines ou d'une seule mais si c'est d'une seule il faut encore multiplier ce résultat par deux. Mais en en restant là on obtient un COP de 3,16 soit 316%.

Pour savoir ce qui a été réellement mesuré, il reste à refaire l'expérience soi même ou demander le détail à JL Naudin qui a beau avoir mis des tas d'informations sur le MEG dans son site, n'a pas expliqué ses protocoles de mesure; il a seulement donné des relevés de mesure.


Exemple 2:
Annonce d'erreur de montage gratuite
Une critique du montage de Bearden utilisé pour la mesure de la puissance
http://www.phact.org/e/z/bearden/

Les critiques disent que le montage utilisé mesure un courant qui va à la masse de l'oscillo en plus du courant qui boucle dans la bobine, ce qui ajoute faussement de la puissance au MEG. Voilà où serait le point de mesure:
Image postée par l'utilisateur

Voilà où il devrait être pour que la mesure soit correcte:
Image postée par l'utilisateur

Le problème est que Bearden n'a fourni nulle part de plan indiquant où il fait ses points de mesure, et ces critiques sont de pures spéculations. Encore une fois, comme Bearden fait de la rétention d'informations pour des raisons commerciales (il compte sortir un MEG à la vente); il en dit le moins possible sur les aspects pratiques du montage (que Naudin a reproduit comme il lui semblait, mais sans savoir vraiment non plus). Alors c'est encore de la pure critique.


Exemple 3:
Colportage de ragot

On peut lire sur ce site:
http://www.ovni.ch/~kouros/ether.htm

que:
 
CITATION
Et il y eut l’inutile et problématique électrodynamique O(3), publiée dans Foundations of Physics, chez Kluwer et World Scientific, justifiant le MEG de Bearden qui, semble t-il, ne doit sa sur-unité qu’à des erreurs de mesure.


Le "semble-t-il" jette tout ce qu'il faut de voile pour mettre le tout à la poubelle, alors que lorsqu'on cherche d'où vient cette idée, on voit qu'elle n'a rien de fondé!!


La conclusion qui s'impose est que décidément, on a très peu d'information sur ce MEG et les mesures de puissance.

Il semblerait toutefois que Bearden se soit emballé, car il pensait pouvoir produire des COP aussi grands que voulus pour produire des MEG de très forte puissance; et finalement il semblerait qu'un COP de 5 est attendu. Mais en enchaînant en série plusieurs de ces MEG, on augmente la puissance significativement, et on peut effectivement arriver à produire énormément.

Pour répondre à la question: le MEG marche-t-il, finalement, il ne faut pas lire la littérature de Bearden ou de Naudin ou de leur détracteurs, mais en construire un!

Si vous voulez voir des joutes scientifiques basées sur le vide et la certitude que ça ne fonctionne pas, sans faire plus que cela, il y a aussi:
http://www.phact.org/e/z/bearden.htm

-----

Notes appendices à l'Exemple 1:
Il semble que, si la mesure s'est bien faite à travers une résistance de 100Kohms directement, sans autre complexité du montage, elle soit faite à travers une résistance "conditionnée" selon les termes de Naudin. Il explique ce que cela veut dire, et en fait cela consiste à transformer la résistance en varistance, dont la résistance varie avec la tension appliquée:
http://jnaudin.free.fr/html/negres.htm


Donc, la valeur de la résistance à 500V n'est plus de 100 kohms, les calculs du sieur de l'exemple 1 sont donc faux de manière flagrante. La raison de l'utilisation d'une varistance est donnée ici:
http://jnaudin.free.fr/meg/megnot01.htm


En tous cas, le détracteur n'a pas pris du tout ceci en compte, comme le font les détracteurs malhonnêtes le plus souvent.

La preuve que jene suis pas le seul à penser ainsi, je l'ai eu en trouvant cette page, après coup: http://jnaudin.free.fr/meg/criticofsb.htm

<<< Précédent 1 2

SUITE : Le MEG : expériences

Publié dans Science cantique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article