Bavure ?

Publié le par Gerald

Affaire de Menezes: La police londonienne accusée d'obstruction

La police londonienne a tenté de bloquer l'ouverture d'une enquête indépendante sur la mort d'un Brésilien tué dans le métro de Londres par des policiers qui le prenaient pour un kamikaze, et cette affirmation d'un responsable de la "police des polices" britannique a alimenté la colère des autorités brésiliennes.

John Wadham, vice-président de l'Independent Police Complaints Commission (IPCC), affirme jeudi dans un communiqué que ses services auraient dû être saisis d'une enquête sur la "bavure" qui a coûté la vie à Jean Charles de Menezes le 22 juillet, au lendemain des attentats manqués dans les transports en commun londoniens. Or, selon lui, cette procédure n'a dans un premier temps pas été respectée en raison de l'obstruction de la police londonienne, dont la version officielle est vivement contestée dans les médias britanniques.

"Le Metropolitan Police Service s'est d'abord opposé à ce que nous prenions l'enquête en charge, mais nous avons surmonté cette opposition", a déclaré John Wadham, numéro deux de l'IPCC.

"Ce différend a entraîné un retard dans notre prise en charge de l'enquête, mais nous avons travaillé dur pour regagner le terrain perdu".

SOUS PRESSION, IAN BLAIR DÉMENT

La déclaration de l'IPCC contribue à accentuer la pression sur le chef de la police londonienne, Ian Blair, qui a d'abord déclaré que l'incident était lié aux attentats manqués de la veille, et que Menezes avait été interpellé par les policiers mais avait refusé d'obtempérer.

Ian Blair a déclaré à l'Evening Standard que ses hommes étaient convaincus d'avoir affaire à un kamikaze et qu'il n'y avait eu aucune tentative d'étouffement de l'affaire.

"Ces allégations frappent au coeur l'intégrité de la police et je les rejette catégoriquement. Il n'y a aucune dissimulation", a-t-il dit.

Cependant, des documents officiels dont le contenu a été rendu public par la chaîne de télévision ITV contredisent la version officielle.

La BBC a alimenté la polémique en rapportant jeudi soir que l'IPCC avait suspendu l'un de ses employés, qui serait le responsable présumé des fuites ayant nourri l'enquête d'ITV.

La "police des polices" britannique a refusé de confirmer les affirmations de la BBC, se contentant de déclarer: "Nous ne commentons pas les dossiers personnels."

A Brasilia, le gouvernement a annoncé l'ouverture de sa propre enquête et l'envoi, la semaine prochaine en Grande-Bretagne, d'une mission d'enquête brésilienne.

"Les plus récentes informations, accompagnées d'images choquantes, ont aggravé la colère du gouvernement brésilien", dit un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

PLUSIEURS MOIS D'ENQUÊTE

Les avocats représentant la famille de Menezes ont accusé Ian Blair de tenter de bloquer l'enquête officielle et ils ont demandé sa démission.

Selon eux, le chef de la police londonienne a écrit au gouvernement pour demander qu'une enquête interne soit ouverte, plutôt que de confier l'affaire à l'IPCC.

Le Metropolitan Police Service a déclaré mercredi qu'il s'était contenté d'écrire au gouvernement pour préciser le rôle de l'IPCC, avant d'accepter.

Wadham a indiqué que l'IPCC espérait terminer son enquête dans un délai de trois à six mois.

Un porte-parole de l'IPCC a précisé que, d'après son mandat, tout cas de tir mortel doit lui être transmis par la force de police concernée avant la fin de la journée suivant l'incident.

Mais dans le cas de Menezes, le dossier de police n'a été transmis à l'IPCC que cinq jours plus tard.

La police avait affirmé dans un premier temps que l'électricien brésilien était habillé de façon suspecte - vêtu d'un épais manteau -, qu'il avait cherché à échapper aux policiers armés et sauté par-dessus des portiques avant de se réfugier dans une rame.

Selon les rapports de police rendus publics par ITV, des témoins démentent le fait que le Brésilien portait une veste matelassée. En outre, il était entré calmement dans la station, s'arrêtant même pour prendre un journal gratuit."

Publié dans Justice

Commenter cet article