Mensonges ?

Publié le par Gerald

Le grand Mensonge des religions:

Des pluriels vraiment singuliers !!!

La Bible est, pour les juifs, le livre sacré que Moïse reçut sur le Mont Sinaï des mains de Dieu. Elle relate la manière dont la terre a été " créée ", et ce qui est arrivé, depuis lors, à l'humanité, au fil des générations. Dieu y est toujours présent.

Dieu, ou plus exactement ELOHIM, dans le texte hébreu.

Que signifie donc ce mot que les commentateurs de la Bible nous ont accoutumé à traduire en français par " Dieu ", au singulier, alors que le mot hébreu Elohim est un pluriel. C'est le pluriel de " Eloha " : " celui qui vient du ciel ", " le Céleste ", " l'extraterrestre"

Elohim signifie donc : " ceux qui viennent du ciel ", " les Célestes ", " les extraterrestres (Extérieur à l'atmosphère terrestre, habitant supposé d'une autre planète). "

Parfois le texte hébreu utilise le mot " Adonaï ", à la place de " Elohim ". Et les exégètes de la Bible traduisent encore " adonaï " par Dieu, ou par Seigneur. Ce qui est étrange, c'est que le mot adonaï est, aussi un pluriel ! Il dérive de " adon " : Seigneur.En hébreu, le possessif de adon est au singulier : " adoni " , qui signifie " Monseigneur " ; et le possessif pluriel " adonaï " veut dire " Messeigneurs ".
Il est vraiment curieux que les Hébreux - seul peuple monothéiste de l'antiquité, aient choisi deux pluriels pour désigner leur Dieu Unique !
On nous dit qu'il s'agit de pluriel de majesté. Est-ce absolument certain !
Car le texte en hébreu utilise aussi parfois : " IHVH ", dont les traducteurs ont tiré " Iavéh ", ou encore " Jéhova ". Or, " IHVH " n'est pas un mot en hébreu, mais un sigle comme en français " CFF " ou " SNCF ".


IHVH sont les lettres principales de quatre mots hébreux :


" Aïa, hové, ve iéhié ", I - H - V - H, qui signifient : " Il a été - Il est - Et - Il sera ", c'est le symbole de l'Eternité.
Pour ne pas s'embarrasser de complications, les traducteurs de la Bible,
chrétiens et juifs, nous restituent les trois expressions hébraïques :

" IHVH ", " Adonaï ", " Elohim ",

Sous une forme unique en français :

Dieu


Est-il bien certain que ces trois expressions soient synonymes ?

Une traduction plus précise de la Bible permet d'en douter.
En effet, quand les traducteurs de la Bible nous parlent de " la Genèse ", " de la création ", (que le texte hébreu appelle plus modestement : " beréshit ", " le Commencement ") - ils nous disent :

" La terre était désert et désolation,
L'obscurité régnait sur la face de l'abîme,
Et l'esprit de Dieu planait sur les eaux " (Genèse 1,2)

En hébreu :
Ve ha-arets aïéta tohou va-bohou
Ve toshékhé al-pnéï téhom
Ve rouah Elohim merakhéfet al-pnéï ha-mahim

C'est une très belle image, très poétique, cet esprit de Dieu qui plane sur les eaux…….Mais le texte en hébreu se contente de dire :
"Ve rouah Elohim merakhéfet al-pnéï ha-mahim ".

Rouah, c'est le vent ! Et le verbe merakhéfet signifie : trembler, s'agiter. De sorte qu'au lieu de : Et l'esprit de Dieu planait sur les eaux , nous obtenons " Et le vent des Elohim s'agitait sur la surface de l'eau ". On le voit, nous sommes loin du calme d'un esprit immatériel planant à la surface d'une eau tranquille. Il semble bien que nous soyons plutôt en présence d'un objet, (engin, OVNI, Hélicoptère) qui ce déplace dans les airs, et dont le souffle, le vent qu'il provoque, fait s'agiter la surface de l'eau.

On est confondu devant l'acharnement que mettent les exégètes de la Bible, de toutes les confessions, à traduire le mot hébreu " Elohim " qui est un pluriel, par Dieu au singulier, alors que cependant la Bible, dès le début et jusqu'à la fin, ne fait nul mystère de la " pluralité " des Elohim. Lorsque Adam et Eve sont chassés du jardin d'Eden, le Paradis Terrestre, que dit Elohim ?….

Voici l'homme devenu comme l'un de nous ! (Genèse 3, 22).
En hébreu : Hen ha-Adam aya ké akhad miménou !

A qui s'adresse t-il sinon à d'autres Elohim ? Car il n'a pas dit, se parlant à lui-même : Voici l'homme devenu pareil à moi ! Non plus que : …. Pareil à Nous, s'il avait employé le pluriel de majesté. Il a bel et bien dit : …..comme l'un de nous.

Mais il y a mieux !

Trois chapitres à peine plus loin, la bible nous dit : Lorsque les hommes commencèrent d'être nombreux sur la surface de la terre , et que des filles leur furent nées, les " b'néï Elohim " trouvèrent que des filles des hommes leur convenaient et ils prirent pour femmes toutes celles qui leur plurent (Genèse 6, 1-22).

Le texte hébreu dit : " b'néï Elohim ", que la Bible catholique traduit par : les fils de Dieu, la Bible Rabbinat traduit par : les fils de la race divine et la version américaine, du culte protestant, les fils du vrai Dieu. Aucune des trois traductions ne marque le moindre étonnement devant cette mention de fils de Dieu, fils de race divine, ou fils du vrai Dieu, qui apparaît pour la première fois dans le texte sacré. Et c'est, cependant, la première entorse , et de quelle taille, à la thèse du Dieu Un ! Par cette traduction, catholique, juifs et protestants concèdent donc, et comment pourraient-ils faire autrement, que ce qu'ils ont eu tort de traduire par Dieu, et qui en hébreu, s'appellent Elohim, n'est pas seul et unique de son espèce.

IL y a - nous avons vu -, des Elohim, des fils d'Elohim, et donc aussi des femmes d'Elohim. Les Elohim s'accouplent et donnent naissance à des enfants. Mieux encore ! Les Elohim, les fils d'Elohim, ne sont pas insensibles à la beauté des filles des hommes, ce qui prouve que leurs goûts sont semblables aux nôtres ! Et les accouplements entre les Elohim et les femmes de notre planète sont possibles, nous dit la bible, et sans aucun doute féconds. La plupart des religions de l'antiquité mentionnent, d'ailleurs, expressément l'existence de ces demi-dieux, fils d'une femme fécondée par un Eloha.

De la pluralité des Elohim, la Bible nous donne bien d'autres exemples. Entre autres, lorsqu'elle nous raconte l'entrevue entre Avram et les Elohim venus détruire Sodome :

Avram était assis à l'entrée de sa tente au plus chaud de la journée. Levant les yeux il vit trois hommes (Shelosha anashim). Il courut à eux et se prosterna contre terre. Et il dit : Adonaï (Messeigneurs), si j'ai trouvé grâce à tes yeux, ne passe pas ainsi devant ton serviteur ! Qu'on aille chercher un peu d'eau. Lavez vos pieds et reposez-vous sous cet arbre……(Genèse 18, 1-4).

Comme on a pu s'en rendre compte à la lecture de ce passage les Elohim sont trois : Et Avram ne s'y trompe pas ! Ce sont bien des Elohim. Il se prosterne devant eux et les appelle Adonaï, Messeigneurs. Mes Avram considère les trois personnages comme une seule et même entité, il tutoie l'ensemble ou vouvoie le groupe indifféremment.

Toutefois, ces Elohim, ces extraterrestres, que la bible a même appelés " anashim, homme ", ne sont pas de purs esprits. Après une longue marche ils ont besoin de se rafraîchir les pieds (on marche en sandales à l'époque biblique), ils aspirent à se reposer et à se restaurer.

Car Avram ajoute :

Je vais apporter du pain, vous réparerez vos forces : Et faisant bonne mesure, en plus du pain, il fait préparer pour ses hôtes un veau tendre et gras, des gâteaux, de la crème et du lait : (Genèse 18, 5-8). A t'on jamais vu Dieu sensible aux nourritures terrestres et à la fatigue d'une longue marche ?

Encore quelques chapitres, et la bible nous décrit la petit fils d'Avram, Jacob, fils d'Isaac, assoupi. Il voit une échelle plantée en terre dont le sommet atteignait le ciel.

Et qu'aperçoit-il sur cette échelle ? des Elohim qui montent et qui descendent. (Genèse 28, 2-3) Nous devons admettre qu'il y a dans la bible, d'une part IHVH, le Dieu Un, Immatériel et Incréé,et d'autre part, les Elohim, les Célestes, les venus du ciel, les extraterrestres, dont la pluralité est affirmée par le texte sacré lui-même.

 

Que l'amour des Elohim vous guide.

Nous avons ici la plus grande tromperie de tous les temps

Je vais maintenant vous dévoiler quel est, selon mes convictions, le tout grand "secret", celui qui est au plus haut niveau de l'Eglise Catholique, et au plus haut niveau de certains courants francs-maçonniques et Ordres Secrets. Ce secret n'implique bien évidemment pas les personnes du bas de l'échelle, mais ceux qui sont à ses échelons les plus élevés, ceux qui savent, qui possèdent les connaissances secrètes et qui ont à charge de les maintenir secrètes. Il s'agit d'un faible nombre de personnes, sévèrement sélectionnées, "haut placées" dans la société civile, pour la plupart très riches, et souvent même à la tête d'un pays, ou bien "haut placés" au Vatican.

D'ailleurs, parmi les loges qui hantent les couloirs du Vatican, on se souvient de la fameuse loge P2, qui avait fait scandale autour des années 1970-80, avec, entre autres, des blanchiments d'argent sale et des détournements financiers énormes ayant entraîné non seulement de graves secousses boursières à Milan, mais aussi des actions allant jusqu'à la mort, celle du magistrat milanais Emilio Alessandrini, assassiné le 29 janvier 79 peu de temps après qu'il eût ouvert une enquête sur la Banco Ambrosiano - une banque très "vaticane" - dont le directeur, Giorgio Ambrosoli, fut lui aussi assassiné peu après et dont le patron Roberto Calvi (très "grand ami" du cardinal Giovani B. Montini dès avant qu'il ne devienne le Pape Paul VI) fut retrouvé "suicidé" sous un pont de la Tamise à Londres le 17/18 juin 1982.

Notons que David Yallop, qui rapporte, dans son livre - écrit en 1985 -les informations reprises ci-dessus précisaient alors que l'enquête sur la "banque vaticane" ayant entraîné la mort du magistrat E. Alessandrini n'avait toujours pas été réouverte... on sait évidemment qu'il faut à la Justice "un certain temps" pour démarrer mais... bon (!) plus de 6 ans pour trouver un successeur à un juge assassiné... même si on admet que les candidats à une telle succession ne doivent pas se bousculer, ça fait quand même plutôt long pour que la justice passe, vous ne trouvez pas ?

Alors, ce secret tellement important que seuls "les grands de ce monde" seraient autorisés à le connaître...

Eh bien le voici :


II y a très longtemps, une civilisation extraterrestre, beaucoup plus avancée que la nôtre, est venue sur terre et y a créé toutes vies, y compris celle de l'homme, que ces êtres ont créé à leur image et à leur ressemblance, grâce à une maîtrise parfaite de l'ADN et des techniques génétiques. Ils ont été pris pour des dieux par nos ancêtres primitifs, et à présent on trouve, dans toutes les anciennes civilisations, des traces de leur présence sur Terre. Ils furent à la base de toutes les anciennes religions de la Terre.

En effet, à un moment donné, après avoir cohabité sur Terre avec les hommes et les femmes qu'ils avaient créés et même avoir procréé avec eux - les deux espèces, la leur et la nôtre, n'en faisant qu'une en réalité, puisque ces deux sortes d'êtres "humains" sont sexuellement compatibles - ils ont quitté la Terre.

Ils ont alors envoyé, ou contacté, sur Terre des hommes et des femmes, qui devinrent leurs messagers, leurs Prophètes ; ce sont eux, lesdits Prophètes et lesdites Prophétesses, qui ont été à la base des mouvements religieux, dont certains sont devenus de grandes religions aujourd'hui, ayant des millions d'adeptes.

Ces Prophètes sont tous venus, à des époques différentes, chacun en fonction des circonstances spécifiques de son temps. L'époque d'aujourd'hui a débuté depuis peu ; elle succède à "l'ère des poissons" et se nomme "ère de l'Apocalypse" (du mot Grec "Apokalupsis" qui veut dire "révélation") ; alors, pourquoi "révélation" ? Parce que c'est elle, notre époque, qui verra naître et venir sur Terre le dernier des messagers, le "Messie" annoncé dans toutes les traditions et religions, celui qui lèvera complètement le voile sur le mystère de dieu.

Voilà quel est ce fabuleux secret : une nouvelle révélation nous attend !


Ce sera la dernière révélation apportée par nos créateurs à notre humanité ; il est donc d'une importance extrême pour chacun d'entre nous de la connaître, étant donné toutes les conséquences qu'entraîne une telle information, il serait criminel de la garder secrète.

Ce dernier messager, ce "messager annoncé", lui qui apporte la révélation, il doit être là déjà, mais les gens du Vatican et de la franc-maçonnerie se refusent à le reconnaître. Pire, ils vont peut-être chercher à l'éliminer, tout en sachant qui il est. Car tous ces "hauts responsables" (!), aussi bien ceux de la franc-maçonnerie que ceux du Vatican, ont peur de ce qu'il va révéler, redoutant que la connaissance universelle de ce message mette leurs intérêts en danger et leurs fasse perdre leurs monstrueux pouvoirs. Ces pouvoirs construits au fil du temps sur "le mystère de Dieu" et renforcés sans cesse au moyen de tous leurs secrets.

Les voici ces vérités que, pour maintenir leur pouvoir, ils vous cachent autant qu'ils peuvent :

-Il n'existe pas de Dieu unique, immatériel, tout puissant ; nous avons été créés par des êtres physiques venus de l'espace.

-Celui qu'on appelle Yahvé ou Allah, est le Président du "Conseil des Eternels", en quelque sorte le "gouvernement" de la planète de nos créateurs.

-Celui qu'on nomme Satan est, sur cette planète, le leader de l'opposition, parfois appelé en consultation par Yahvé lui-même.

Seulement, Satan a toujours été contre cette expérience des scientifiques de leur peuple s'aventurant à créer sur la planète Terre, des êtres humains comme eux, "à leur image et à leur ressemblance" comme c'est dit dans la Thora et la Bible (... et aussi dans d'autres "livres sacrés").

Celui qu'on appelle Lucifer, c'est celui qui a mené sur Terre un groupe de créateurs, lequel a maintes fois désobéi aux directives de leur planète mère et notamment après avoir reçu l'interdiction de créer l'homme à leur image, son groupe réalisa quand même cette création... dont naquirent nos tous premiers ancêtres.

Ce groupe passa outre également à l'interdiction de révéler aux hommes créés comment ils l'avaient été. A cause des multiples infractions commises par eux, les membres de ce groupe ont été bannis pour un temps de leur planète mère et, par punition, condamnés à vivre sur Terre avec les hommes. C'est pourquoi ce groupe est souvent représenté symboliquement par "le serpent" se traînant sur notre sol terrestre. Cependant... incorrigibles, ces extraterrestres restés sur Terre désobéirent une fois de plus en bravant un autre interdit : celui de se mélanger sexuellement avec ceux qu'ils avaient créés.
Le résultat de ces unions leurs donna, évidemment, une descendance sur Terre.

Les "grands initiés" décidés à nous cacher toutes ces vérités savent aussi que certains prophètes étaient des êtres hybrides, moitié homme moitié extraterrestre, conséquence logique du croisement réalisé par l'insémination d'une femme de la terre au moyen du sperme de quelqu'un de leur planète à eux, nos créateurs, ou à l'inverse, contact sexuel d'une femme de chez eux avec un homme de la terre, ces rencontres pouvant, on l'a dit, donner naissance à un enfant. Citons, à titre d'exemple, le départ de la religion Shinto au Japon : elle est basée sur la naissance d'un enfant fruit de l'union d'une femme extraterrestre et d'un homme de la Terre.

Les susdits "initiés" connaissent aussi l'explication de bien des choses qui restent "mystérieuses" pour le grand public, ils savent, par exemple :

Que derrière tous les miracles accomplis par les prophètes des temps anciens il y a l'intervention de ces êtres venus d'une autre planète, car, grâce à des dizaines de milliers d'années d'avance scientifique sur nous, ils peuvent accomplir facilement ce que nous ne pouvons, nous, qu'appeler béatement "des prodiges", en l'état de nos connaissances scientifiques... embryonnaires !

Que, dans les livres, récits et/ou œuvres d'artistes, tout ce qui parle ou représente des "chérubins", des "anges" fait référence à ce peuple, qui est constitué d'êtres physiques, de chair et de sang, habituellement d'une taille adulte équivalente à celle de nos enfants et dont la planète d'habitat ne se situe pas dans notre système solaire, mais quand même dans notre galaxie.

Que les habitants de cette planète, depuis longtemps déjà, se déplacent pour nous observer : leurs engins ont été remarqués dans le ciel depuis l'Antiquité. Au fil des siècles ils ont successivement été appelé "chars volants", "boules de feu", "nuée de feu", "gloire de Yahvé", "nuée rapide", "vimanas" (dans les écrits hindous), "Merkabah" (en langage judaïque), "El Boraq" (dans le Coran), "disques solaires" ou "soleils volants" (en ancienne Egypte et chez les Mayas, Incas et autres Aztèques).
Ce sont ces mêmes engins que nous appelons communément de nos jours des "UFOs" (en anglais), des "OVNIs" (en français) ou simplement des "soucoupes volantes", nous référant à des objets coutumiers, tout comme les soldats romains les appelaient des "boucliers volants"... Tous ces véhicules - parce que c'est bien de ça qu'il s'agit - ce sont les vaisseaux spatiaux de ce peuple extraterrestre particulier qui nous a créé, ou éventuellement d'autres peuples extraterrestres autorisés par nos créateurs à venir nous observer.

Autre chose d'importance qu'ils savent aussi, ces "hauts prélats de la Curie Romaine" ou ces "Grands Maîtres de Loges maçonnes" c'est que ce dernier des Prophètes doit naître en Occident, ils sont parfaitement informés du pays de sa naissance : la France. Le Vatican a même aidé l'antéchrist, Hitler, à essayer de le trouver et le tuer, ce "dernier des Prophètes".

Une fois de plus, dans toute sa cruauté, l'histoire s'est répétée : le roi Hérode avait essayé de trouver et tuer Jésus, mais n'y étant pas parvenu... « Hérode [...] se fâcha fort et envoya supprimer, dans Bethléem et tout son territoire, tous les garçons de deux ans et au-dessous... »(MIT., II, 16)
Avant lui, le Pharaon avait aussi essayé de trouver et tuer Moïse, mais la fille du Pharaon avait réussi à "le sauver des eaux" ; autour de Krisna, "avatar" de Visnu au Panthéon hindouiste il y eut également une histoire similaire.

Et voici qu'au milieu du siècle dernier, notre humanité a vu s'ouvrir en son flanc une redoutable plaie nouvelle (perpétrée à l'échelle industrielle cette fois !) : l'Holocauste des juifs. Or l'une des principales raisons de cette horreur absolue ce fut justement la recherche du "Messie", le but évident des promoteurs de cette vaste action étant de tuer ce "futur gêneur" afin de changer ainsi le cours de l'histoire de l'humanité.

Les juifs "initiés" savent bien quelle a été la motivation de ce nouveau massacre des leurs et ils savent aussi que le Vatican fut complice des Nazis dans cette tentative d'anéantissement... ou peut-être les Nazis complices du Vatican, allez savoir ! Hitler, en tout cas, était passionné par les Prophéties concernant ce "dernier des Prophètes" ; il savait où il devait naître et à quelle époque : celle où lui, le Führer, se lancerait à la conquête du monde, (Hérode aussi avait été passionné par les Prophéties concernant Jésus !)en plus - mais cela est une des choses les mieux cachées de la vie d'Hitler - le dictateur allemand, qu'on savait bon chrétien et féru d'ésotérisme, était secrètement passionné par les OVNIs, et par tout ce qui se rapportait aux extraterrestres. Les Nazis ont fouillé, mais en vain, toute la France espérant parvenir à y trouver celui que recherchait leur Führer.

Aujourd'hui au moins, ils savent pertinemment que cette tentative a échoué... malgré la mort de tant de millions d'innocents !

Dans les faits, ce dernier des messagers, lui qui est annoncé aussi par Simon Kimbangu, révélera au monde, dans un langage simple, qui étaient ces anges : "Chérubins" et "Séraphins" (en Hébreux : "Keroûbîm" et "Seraphim") dont nos prophètes africains parlaient... qui étaient aussi ces êtres de petite taille que des milliers de gens ont vus, dans les rues de Kinshasa, s'opposant à l'armée coloniale pour aider le peuple Kongo à se libérer et enfin... qui étaient exactement nos dieux humanisés (au pluriel !).

Il nous amènera, à nous terriens "la Vérité" qu'attendent la plupart d'entre nous.
Il ne parlera pas au nom d'un Dieu unique et immatériel, mais au nom d'un peuple entier, au nom des dieux (toujours au pluriel). Et, pour l'Afrique, il aura un discours qui encouragera les africains à retrouver leurs racines, à se décoloniser, à quitter et abjurer la religion chrétienne et/ou catholique qui n'est qu'une immonde imposture.

Or, ces "initiés" que nous avons évoqués, ils sont parfaitement au courant de tout ce que je viens de vous expliquer ! Ils savent que l'arrivée de ce "dernier des Prophètes", la venue de cet ultime "messager des dieux" sonnera la fin de la Chrétienté, ils le savent, et cela les fait trembler. A en voir l'état du Pape actuel, je pense bien ne pas me tromper en disant qu'il en tremble, il ne fait que cela à longueur de journée d'ailleurs... au point que je me demande s'il peut encore bien tenir son instrument quand il satisfait un besoin pressant, il doit arroser toute la superficie des toilettes tellement il tremble, il doit avoir beaucoup de difficultés à bien viser en tout cas !

Tous ces "hauts dignitaires" - ou du moins ces gens se déclarant tels - savent qu'un effondrement de l'Eglise est prévu, et qu'on peut s'attendre, dans un avenir assez proche, à un contact entre nos créateurs extraterrestres et nous, car ils reviendront officiellement dès que leur actuel Ambassadeur sur Terre, le véritable "Messie", aura accompli sa mission.

Mais pourquoi tous ces initiés essayent-ils de cacher la vérité ? Pourquoi essayent-ils tout de même de changer le cours de l'histoire, alors qu'arrêter ce cours c'est mission impossible, ils le savent bien ? Qu'est-ce qui les poussent à agir ainsi ? Quelle est donc leur motivation profonde ?
Ils n'ignorent pas davantage qu'il y a un mensonge grotesque autour de ce qui s'est passé le 13 octobre 1917 à Fatima. Que la danse du soleil qui y fut décrite par une foule de plus de 50.000 personnes - donc un nombre énorme de témoins - n'était pas du tout un miracle ou une apparition divine, mais bel et bien l'apparition d'un engin lumineux, un engin spatial. De nombreuses personnes s'étaient assemblées à un endroit où trois petits bergers auraient vu la Vierge Marie apparaître auparavant. Et effectivement quelque chose d'insolite se produisit dans le ciel ce jour-là. Voulez-vous la description d'un témoin ? Celui-ci a rédigé son témoignage par écrit quelque jour après l'événement ; et ce témoin se nomme : Mr. José Proënça de Almeida Garrett, il était à l'époque, professeur de médecine à l'Université de Coimbra, voici son témoignage :


« II pleuvait encore, vers 13 heures, lorsque les trois enfants arrivèrent, à l’endroit où avaient eu lieu les apparitions. Vers 13h30 là où se trouvèrent les enfants, une colonne de fumée, déliée, ténue et bleutée, qui monta droit jusqu 'à deux mètres peut-être et s'évanouit à cette hauteur. Le phénomène se dissipa au bout de quelques secondes puis se reproduisit une deuxième fois, et une troisième fois. Il n'y avait pas de feu, puis vers 14h00 la foule dirigea le regard vers le ciel, en direction du Soleil qui avait rompu la dense couche de nuages, je me tournai vers cet "aimant" qui attirait tous les yeux et je pus le voir semblable à un disque au bord net et à l’arête vive, lumineux et brillant, mais sans fatigue pour les yeux. Il apparaissait comme un disque plat et poli, taillé de nacre d'une coquille. Il ne ressemblait pas non plus à un soleil contemplé à travers le brouillard, il n'y en avait pas à ce moment-là, car il n 'était ni obscurci, ni diffus, ni voilé, il se dessinait nettement avec un bord taillé en arête comme une planche à jeux. Ce disque nacré avait le vertige du mouvement [rotation sur soi-même]. Ce n'était pas simplement le scintillement d'un astre plein de vie, il tournait sur lui-même à une grande vitesse. De nouveau, on entendit une clameur de la foule, comme un grand cri d'angoisse, conservant la rapidité de sa rotation, le Soleil se détache du firmament, et, rouge sang, avance vers la Terre, menaçant de nous écraser sous le poids de son immense masse ignée. Ce furent des secondes terrifiantes. M'occupant de fixer ce Soleil, je remarquai que tout s'obscurcissait autour de moi. Je regardai ce qui était près, puis j'allongeai la vue jusqu'à l’extrême horizon, et je vis tout couleur d'améthyste. Les objets, le ciel et la couche atmosphérique avaient tous la même couleur. Un grand chêne violacé qui s'élevait devant moi, lançait sur le sol une ombre épaisse. A d'autres il incombe d'expliquer ceci. »


D'autres documents officiels de témoignages permettent d'affirmer que ce grand disque volant fut aperçu par des personnes se situant à 4 et 5 kilomètres de là et qui ne partageaient nullement les émotions et les attentes de la foule sur place à la Cova de Iria :


« Je regardais fixement l'astre, il me paraissait pâle et privé de son éblouissante clarté ; il semblait un globe de neige tournant sur lui-même. Puis tout à coup il parut descendre en zigzag, menaçant de tomber sur la terre. »


En analysant bien ces descriptions, on ne peut que convenir, en toute honnêteté intellectuelle, à l'abri de tout conditionnement religieux, qu'il s'agit ici d'un engin sous forme de disque, de soucoupe, de sphère, d'une forme discoïde, voir un peu ovoïde, évoluant d'une façon variable au-dessus de la foule, montrant toutes les caractéristiques de ce qu'on appelle de nos jours un OVNI, une soucoupe volante ! Il y a tout ce qu'il faut dans les descriptions : les changements de couleurs brusques donnant l'aspect d'une boule de feu, les effets lumineux rayonnants, une lumière non-éblouissante, une rotation à grande vitesse, le silence de l'engin (pas de bruits de moteurs), des apparitions et disparitions soudaines. Tout ceci est très caractéristique de tous les témoignages oculaires d'OVNIs contemporains. Que cela plaise ou non, c'est un fait. Et l'Eglise le sait, et à haut niveau dans les sociétés secrètes maçonniques on le sait aussi.

Alors, pourquoi donc cette obstination à cacher tout cela, à ne pas révéler ces choses qu'ils connaissent ? Pourquoi ? Pourquoi leur quête effrénée de pouvoir ? Pourquoi leur recherche incessante de richesse monétaire afin, pour certains courants maçonniques, de dominer le monde ? Qu'est-ce qui anime ces sociétés secrètes particulières où les choses tournent toujours autour de l'argent et du pouvoir ? Pourquoi ? Qu'est-ce qui est devenu, à leurs yeux, plus important que la Vérité elle-même ? Et qu'est-ce qui a pu les motiver à un point tel qu'ils aillent à contre-courant de la Vérité ? Pour le Vatican, on peut aisément comprendre, il a depuis le début été bâti sur le mensonge et s'est développé dans le mensonge; il ne veut pas perdre son pouvoir, ce suprême pouvoir pour lequel il a toujours œuvré et qui est la véritable mission qu'il s'est donnée, son objectif de tous les temps... pour lui rien n'a changé. Mais, dans le cas de ces loges maçonniques particulières, on comprend moins pourquoi cette obstination entêtée ?

Personnellement, je n'ai que deux hypothèses à formuler pour répondre à cela. Ces hypothèses je les assume, tout en étant conscient que je peux me tromper. Mais, des différentes pistes que m'ont fait emprunter mes recherches pour essayer de comprendre, le chemin qui m'a mené à ces hypothèses-là, est celui qui me paraît le plus logique, le plus évident, tout en admettant, je le redis, une possibilité d'erreur de ma part. C'est pour cela que je ne parle que d'hypothèses ; elles émanent des cogitations de mon cerveau, mais, même à titre personnel, rien que pour moi-même, je les considérerai dans mon esprit comme pures hypothèses, aussi longtemps qu'il n'y aura pas davantage d'indices solides allant dans le sens que je vais évoquer.

A lire absolument....


POISON BLANC

Bien que ce livre concerne en premier chef les noirs d'Afrique et leur diaspora, ouvrez le,
consultez sa table des matières et vous percevrez très vite qu’il est aussi d’un vif intérêt pour les populations des autres continents
et particulièrement pour celles issues des anciens pays colonisateurs européens ...

- Commander
- En savoir plus ...

source:http://www.extraterrestres.ch/?Rpage=temoignages.html

la religion a été fondée à la suite de contact avec une intelligence extraterrestre!
 

Le vatican a admis récemment à la télévision Italienne, que le contact avec les extraterrestres était réel!http://ovni.free.fr/religion.htm

Les OVNIS dans la bible

 

" La terre était désert et désolation,
L'obscurité régnait sur la face de l'abîme,
Et l'esprit de Dieu planait sur les eaux " (Genèse 1,2)

En hébreu :
Ve ha-arets aïéta tohou va-bohou
Ve toshékhé al-pnéï téhom
Ve rouah Elohim merakhéfet al-pnéï ha-mahim

C'est une très belle image, très poétique, cet esprit de Dieu qui plane sur les eaux…….Mais le texte en hébreu se contente de dire :
"Ve rouah Elohim merakhéfet al-pnéï ha-mahim ".

Rouah, c'est le vent ! Et le verbe merakhéfet signifie : trembler, s'agiter. De sorte qu'au lieu de : Et l'esprit de Dieu planait sur les eaux , nous obtenons " Et le vent des Elohim s'agitait sur la surface de l'eau ". On le voit, nous sommes loin du calme d'un esprit immatériel planant à la surface d'une eau tranquille. Il semble bien que nous soyons plutôt en présence d'un objet, (engin, OVNI, Hélicoptère) qui ce déplace dans les airs, et dont le souffle, le vent qu'il provoque, fait s'agiter la surface de l'eau.

Dans la Genèse, XXVIII, se trouve une autre description de la présence d'un engin

" Une échelle était dressée par terre, sa tête touchant aux cieux, et voici que des Anges d'Elohim montaient et descendaient sur elle". (Genèse, XXVIII-12)

Dans l'Exode Elohim parle à Moïse :

" L'Ange de Iahvé lui apparut dans une flamme de feu, du milieu d'un buisson (...) le buisson était embrasé par le feu, mais il n'était pas dévoré !". (Exode, III-2)


L'Exode :

" Or Iahvé marchait au-devant d'eux, le jour en colonne de nuée pour les guider sur la route, et la nuit en colonne de feu pour les éclairer en sorte qu'ils marchent jour et nuit". (Exode, XIII-21)


" (…) l'aspect de la gloire de Iahvé était comme un feu dévorant au sommet de la montagne (...)" (Exode, XXIV-17) Vous avez là la description de la "gloire", l'engin volant en réalité, des créateurs et comme vous avez pu le lire ou le voir pour certain, au moment du départ l'ovni prend une coloration semblable à celle d'un feu.

"Quand Iahvé fit monter Elie aux cieux dans un tourbillon (...)". (Il Rois, II-1)
" (...) voici qu'un char de feu et des chevaux de feu s'interposèrent entre eux deux (entre Elie et Elisée) : Elie monta aux cieux dans le tourbillon". (Il Rois, II-11)

C'est le décollage d'un engin volant et le feu des tuyères fait que le narrateur parle de chevaux de feu. Si aujourd'hui vous prenez des primitifs d'Amérique du Sud ou d'Afrique noire et que vous les faites assister au décollage d'une fusée, ils parlent de char de feu et de chevaux de feu en revenant dans leurs tribus, incapables de comprendre, même en gros, les phénomènes scientifiques d'une façon rationnelle et voyant en cela du surnaturel, du mystique et du Divin.

Mais c'est dans Ezéchiel que se trouve la plus intéressante description des engins volants :

" (...) une grande nuée avec un feu fulgurant et une clarté autour, tandis qu'au milieu il y avait comme le scintillement du vermeil (...). Et au milieu, la forme de quatre êtres dont l'aspect était le suivant : ils avaient une forme humaine. Chacun avait quatre faces et chacun avait quatre ailes. Quant à leurs jambes : la jambe était droite et la plante de leurs pieds était comme la plante de la patte du veau et brillait comme le scintillement de l'airain poli. Sous leurs ailes et sur leurs quatre côtés il y avait des mains d'homme. Leurs ailes à tous les quatre se rejoignaient l'une l'autre. Leurs faces ne se tournaient pas quand ils avançaient : chacun allait selon l'orientation de ses faces. Quant à la forme de leurs faces, c'était une face d'homme, puis une face de lion, sur la droite des quatre, puis une face de taureau, sur la gauche des quatre met une face d'aigle pour les quatre. Leurs ailes étaient déployées vers le haut ; chacun en avait deux, rejoignant chacune sa voisine, et deux couvrant son corps. Chacun allait selon l'orientation de sa face. Ils allaient là où l'esprit devait aller. Ils ne se tournaient pas en marchant. Entre les êtres la vision était comme des braises incandescentes, c'était comme la vision des torches ; cela se déplaçait entre les êtres ; le feu avait de l'éclat et du feu sortait la foudre. Les êtres allaient et revenaient en courant, vision pareille à la foudre". (Ezéchiel, 1,4-14)

"Je regardai alors les êtres et voici qu'il y avait une roue à terre, à côté des quatre êtres".(Ezéchiel, I-15) "

L'aspect des roues était comme le scintillement de la chrysolithe ; les quatre avaient la même forme ; leur aspect et leur fonctionnement étaient comme si une roue se trouvait au milieu de l'autre. Dans leur marche, elles allaient suivant leurs quatre côtés, elles ne pivotaient pas dans leur marche. Quant à leurs jantes - elles avaient de la hauteur et un aspect effrayant - (...) elles étaient couvertes d'yeux qui étaient autour de toutes les quatre. Quand les êtres avançaient, les roues avançaient à côté d'eux et quand les êtres s'élevaient de terre les roues s'élevaient. Là où l'esprit devait aller, ils allaient et les roues s'élevaient conjointement avec eux, car l'esprit des êtres était dans les roues. Quand ils avançaient, elles avançaient, quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient, quand ils s'élevaient au-dessus de la terre, les roues s'élevaient conjointement avec eux, car l'esprit des êtres était dans les roues".(Ezéchiel, 1, 16-21)

" Au-dessus de la tête des êtres était une sorte de plate- forme ; c'était comme l'éclat imposant du cristal ; elle s'étendait sur leurs têtes dans la partie supérieure. Sous la plate-forme leurs ailes étaient droites, l'une parallèlement à l'autre ; ils en avaient chacun deux qui leur couvraient le corps. J'entendis le bruit de leurs ailes, pareil, quand ils avançaient, au bruit des grandes eaux, pareil à la voix de Shaddaï ; bruit d'une multitude, comme le bruit d'un camp. Lorsqu'ils s'arrêtaient, il laissaient retomber leurs ailes. Il y avait du bruit au-dessus de la plate-forme qui était sur leurs têtes. Pardessus la plate-forme qui était sur leurs têtes, c'était, pareille à l'aspect d'une pierre de saphir, la forme d'un trône et sur la forme de trône une forme pareille à l'aspect d'un homme (qui était) dessus, dans la partie supérieure". (Ezéchiel, I, 22-26)

Voilà une description, on ne peut plus précise des créateurs descendus de leurs engins volants. La grande nuée, c'est la trace que laissent les avions à très haute altitude actuellement, apparaît ensuite l'engin et sa lampe clignotante, le "feu fulgurant" et le " scintillement du vermeil". Quatre créateurs évoluent ensuite avec des combinaisons antigravitationnelles et de petits réacteurs directionnels. Des "ailes" sur leurs scaphandres métalliques : " leurs jambes... brillaient comme le scintillement de l'airain poli". Vous avez pu remarquer que les combinaisons de vos cosmonautes sont très brillantes. Quand à la "soucoupe volante", la "roue", leur aspect et leur fonctionnement ne sont pas trop mal décrits sachant que c'est un primitif qui parle. Comme si une roue se trouvait au milieu de l'autre (...) elles ne pivotaient pas dans leur marche". Au centre des "soucoupes volantes", très proches en aspect de celle où nous nous trouvons, est située la partie habitable : la "jante" : "quant à leurs jantes, elles étaient couvertes d'yeux qui étaient autour de toutes les quatre". De même que nos tenues vestimentaires ont évolué et que nous ne portons plus maintenant de ces encombrants scaphandres, nos n'avions pas encore trouvé le moyen de voir à travers les parois métalliques en modifiant leurs structures atomiques à volonté. Les "soucoupes volantes" restent près des créateurs, pour les aider en cas de besoin car ils sont en train de s'approvisionner en matières diverses et effectuer quelques manœuvres d'entretien du gros vaisseau intergalactique situé au-dessus d'eux. D'autres créateurs, à l'intérieur des engins, les dirigent : " (...) l'esprit des êtres était dans les roues." (Ezéchiel, I-21) Evidemment. Le scaphandre est également décrit avec ses quatre hublots comparables à ceux de vos premiers scaphandres marins : " Chacun d'eux avait quatre faces... Leurs faces ne tournaient pas quand ils avançaient." (Ezéchiel, I-9)

Les petites "soucoupes" sont un peu des "Lems" de service, de petits véhicules à faibles rayons d'action servant pour de courtes missions d'exploration. Plus haut attend le gros véhicule interplanétaire : "Au-dessus de la tête des êtres était une sorte de plate-forme ; c'était comme l'éclat imposant du cristal (...) Pardessus la plate-forme qui était sur leurs têtes, c'était, pareil à l'aspect d'une pierre de saphir, la forme d'un trône et sur la forme de trône une forme pareille à l'aspect d'un homme dessus, dans la partie supérieure." (Ezéchiel, I, 22 et 26) Ce dernier, sur le grand vaisseau, surveillait et coordonnait le travail des créateurs.

Ezéchiel, apeuré, s'est aplati face contre terre devant toutes ces choses tellement mystérieuses qu'elles ne peuvent provenir que de "Dieu" mais un des créateurs lui dit :

" Fils d'homme, tiens-toi sur tes jambes et je te parlerai (...) écoute ce que je vais te dire (...) et mange ce que je vais te donner". (Ezéchiel, II, 1 et 8)


Puis Ezéchiel est transporté par le vaisseau des créateurs jusqu'au lieu où il doit répandre la nouvelle :

" L'esprit m'avait soulevé ; il m'emporta (...) j'entendis derrière moi le bruit d'une grande rumeur'. Ezéchiel, III, 14 et 12)

Plus loin, le "prophète" est encore emmené dans un engin volant : " (...) l'esprit me souleva entre ciel et terre et m'amena à Jérusalem (...)" (Ezéchiel, VIII-3)

Ezéchiel remarque ensuite que sous leurs "ailes", les "chérubins" ont des mains comme les hommes :

" Alors apparut, chez les chérubins, une forme de main humaine, sous leurs ailes". (Ezéchiel, X-8)

" Les chérubins, lorsqu'ils partirent, dressèrent leurs ailes et s'élevèrent de terre, sous mes yeux, et les roues conjointement avec eux". (Ezéchiel, X-19)

"L'esprit me souleva et m'emmena (...)" (Ezéchiel, XI-1)

" La gloire de Iahvé s'éleva du milieu de la ville et s'arrêta sur la montagne qui est à l'orient de la ville. L'esprit me souleva et m'emmena en Chaldée (...)" (Ezéchiel, XI, 23-24)

Autant de voyages pour Ezéchiel dans un des engins volants des créateurs. " (,,,)

Iahvé me fit sortir et me déposa au milieu de la vallée". (Ezéchiel, XXXVII-1)

Ezéchiel est encore emmené par un engin volant qui le conduit près d'un homme revêtu d'un scaphandre, dans le chapitre XL :

" Il m'emmena (...) et me déposa sur une très haute montagne sur laquelle il y avait comme les constructions d'une ville, au midi (...) (il y avait) un homme dont l'aspect était comme l'aspect de l'airain". (Ezéchiel, XL, 2-3)

Au chapitre XLIII, le grand vaisseau appelé respectueusement "gloire de Dieu" approche : " Et voici que la gloire du Dieu d'Israël vint de la direction de l'Orient avec un bruit comme le bruit des grandes eaux et la terre resplendit de sa gloire". (Ezéchiel, xLfii-2)

Dans le dixième chapitre de Daniel vous avez encore une description intéressante d'un créateur :

" Je levai les yeux et regardai : voici, un homme (...) Son corps était comme de chrysolithe, son visage comme l'aspect de l'éclair, ses yeux comme des lampes de feu, ses bras et ses jambes comme l'apparence de l'airain poli, et le bruit de Ses paroles comme le bruit d'une multitude". (Daniel, X, 5-6)

 
Après la lecture de plusieurs articles, j'ai recherché la présence d'OVNI dans des textes sacrés, mythologiques, etc...

Mais ce que j'aimerais comprendre, c'est pourquoi, maintenant que l'on a atteint une certaine technologie, que les plus sceptiques ne puisse pas accorder de crédit aux descrïptions de ces textes.

Je m'explique :

Premier siècle av. J.-C. L'Aramayana, texte sacré de l'Inde antique : "Les machines volantes Vimana avaient une forme sphérique et navigaient dans l'air. Les hommes à l'intérieur des Vimana pouvaient de cette façon parcourir de grandes distances en un temps merveilleusement bref".

Premier siècle av. J.-C., Manuscrits de la Mer Morte : "Des hommes sont venus sur la Terre et d'autres hommes ont été prélevés de la Terre et portés au ciel".

Huitième siècle ap. J.-C., d'une note en marge dans l'Histoire des Lombards" de Paolo Biato : "Une colonne lumineuse apparut en position verticale par rapport à la Terre. En descendant, elle brula beaucoup de choses. Mais une fois qu'elle retourna en haut, elle prit une forme circulaire".

Année 839, des annales de Juda : "Pendant quelques nuits, on vit voler des objets enflammés en forme d'étoile".

Année 1520, de la "Chronique des Faits Prodigieux" de Corrado Licostene : "Une poutre ardente d'une grandeur horrible fut observée dans le ciel et lorsqu'une fois elle se rapprocha de la terre, en descendant, elle brûla beaucoup de choses ! Mais quand elle retourna en haut, elle prit une forme circulaire".

Année 1561, du manifeste de Nuremberg : "On vit de petits et de grands cylindres volants immobiles dans l'espace, dont sortaient des sphères qui se déplaçaient à des vitesses fantastiques".

Année 1566, du manifeste de Bâle : "Le 7 août, vers l'aube, on vit dans l'air beaucoup de grosses sphères qui voyageaient à grande vitesse devant le Soleil et se dirigeaient les unes contre les autres comme si elles se combattaient".

Mythologie slave : "[...] les Blancs-Russiens ont laissé à Peroun son arme (arc), mais, au lieu d'un char de combat, ils lui ont donné une simple meule sur laquelle il se déplace dans le ciel."

Mythologie de l'Inde : "[...] les dieux descendirent du ciel, s'approchèrent... et lui rendirent hommage..."

Mythologie chinoise : "A Pékin, déjà la veille du jour de l'an, date à laquelle tous les dieux descendent sur terre pour faire une inspection générale ..."

Mythologie japonaise : "Cependant certaines divinités de la terre montent au ciel, ou bien, au contraire, elles descendent pour s'installer sur la terre."

Mythologie des Algonquins : "Les tribus algonquines, comme presque tous les Indiens, croient en un esprit saint : "l'oiseau du tonerre" ; ses yeux lancent des éclairs, et le bruissement de ses ailes est le roulement du tonerre".

Mythologie du Nicaragua : "Les dieux des Niquirans, un des peuples du Nicaragua, résidaient au ciel et étaient immortels."

Mythologie de Madagascar : "Sur l'ordre de son père, Ataokoloinona quitta le ciel et descendit sur le globe terrestre."

Mythologie de l'Afrique Noire : Un jour qu'il se plaignait selon son habitude, il vit descendre du ciel, dans une cuvette de cuivre attachée à une longue chaîne, un enfant blanc qui avait de grandes oreilles."

Le polythéisme de nos ancêtres africains : source de vérité


" A people without the knowledge of its past history, past religions,
art and culture, is like a tree without roots. "
- MARCUS GARVEY -

Dans la plupart des anciennes traditions africaines il est question, dans leurs mythes et légendes, de Dieux au pluriel, humanisés, on pourrait dire plus simplement : "humains", avec des traits et caractéristiques d'êtres humains, de petite taille ; ce sont bien des êtres physiques.

Déjà nous savons que dans l'Ancien Testament HEBREU [la Torah], il y a trois principaux personnages de caractère qui sont : Yahvé, Lucifer et Satan. Or, Ces mêmes Dieux humanisés reviennent dans beaucoup de mythes et légendes des peuples bantous ; par contre ils y portent souvent des noms différents.
Mais avant d'entreprendre notre grand voyage en Afrique pour vérifier qu'il en est bien ainsi, offrons-nous, d'un coup d'ailes, un crochet vers les Indes et l'Asie.

En effet il y a, dans la RELIGION HINDOU, des milliers de Dieux, de Divinités, mais malgré leur grand nombre, nous trouvons là aussi, trois personnages principaux, à savoir : "Brahma" (Yahvé), "Shiva", souvent présenté comme androgyne (Satan), et "Vishnu" (Lucifer).

Maintenant, en avant pour notre grand parcours africain : Partons du Nord nous traverserons le désert et, avec un peu de chance, nous y trouverons bien quelques-uns des derniers NOMADES TOUAREGS ; ils nous apprendront que, pour eux, l'ensemble des divinités du ciel s'appellent "Emeli-hin". Phonétiquement ce nom parait assez proche d'Elohim... un bon début !

Sortant du désert et nous dirigeant vers l'Atlantique, faisons une première halte, histoire de faire connaissance avec les YORUBAS. C'est au Nigeria et/ou au Bénin qu'on va les découvrir. Les Yorubas sont, tout à la fois, une tribu et une Religion. Et dans leur Religion il est question de plusieurs Dieux, de toute une panoplie de Dieux, dont les trois principaux sont : "OBATALA", le chef créateur, qui est androgyne [homme/femme] et qui correspondrait au "Yahvé" de la Torah, puis "YEMAYA", la force maternelle de la création, qui correspondrait au Lucifer de la Torah, et le troisième "ELEGUA", qui est la tentation et correspondrait, lui, au "Satan" de la Torah. Il est aussi à noter que cette Religion Yoruba s'est exportée au moyen de l'esclavagisme et elle est devenu le berceau du "SANTERIA" qui est pratiqué au Brésil, à Cuba et aux USA, chez des descendants d'esclaves, ceux-là ayant continuer à pratiquer la vénération de leurs "Dieux", mais ayant changé - ce qui est bien regrettable - les noms de ces Dieux en noms de Saints Chrétiens, d'où ce nom de "Santeria" qui veut dire "la vénération des Saints".

Tant qu'à être au Nigeria, profitons-en pour saluer aussi les IBOS, pour qui le chef des Dieux s'appelle &qu

Publié dans religion

Commenter cet article