A vous les démogniaques !

Publié le par Gerald

Les démoniaques

(9) Vous donc les théologiens qui sondiez les Écritures, et vous les savants qui vous penchiez sur la science, n’auriez-vous point dû informer le monde et préparer la femme enceinte pour le jour de son difficile accouchement ? N’est-ce pas ce que vous auriez dû faire avec la prophétie qui annonçait cet événement pour la fin des siècles, ou avec la science qui le montre pareillement ? Mais, habités par des démons, vous êtes davantage préoccupés par la gloire, la récompense, l’argent et la recherche des honneurs, que vous ne l’êtes par le développement spirituel de l’homme et la connaissance de la vérité ; sinon, vous seriez informés du jour de sa délivrance que je viens annoncer.

(10) Vous donc qui vous nommez scientifiques, oui vous les missionnaires sans mission, la vérité va placer dans les mains des hommes un cordeau qui leur servira à mesurer votre imposture ainsi que votre excessive vanité. Vous n’auriez point dû vous asseoir sur le trône de Dieu qui n’est pas à vos dimensions. Avez-vous des révélations à faire au monde ? Il n’en est rien. Et l’Écriture en témoigne, car elle annonce un homme (l’esprit de vérité) qui conduira la créature dans toute la vérité. Et je me glorifie d’être cet homme annoncé. Lorsque vous parlez de l’univers et de l’existence, vous ne faites qu’enfoncer davantage le monde dans les ténèbres. Vous cachez votre ignorance avec des millions ou des milliards d’années d’évolution et de hasard qui vous dispensent de toute explication cohérente. Vous tissez des toiles de mensonges dans lesquelles les hommes se prennent et se débattent. Cependant, la science a un autre objet et une autre fin que vous ne pouvez nullement saisir en croyant que vous êtes au-dessus de tous, et probablement les seuls êtres intelligents de l’univers... Mais avec vos mensonges, j’ai fait de vous mon marchepied et vous ne vous en remettrez pas. Bien que vos noms soient honorés dans le monde, avec les religieux et tous ceux qui règnent, vous êtes des imposteurs et les pères de l’horreur, coupables d’avoir amené les souffrances du monde et sa fin.

(11) Ici je m’adresse à vous, les scientifiques démoniaques, qui avez fait de la science une affaire inextricable et une substance empoisonnée qui tue les hommes ! Il suffit de regarder vos œuvres qui souillent, modifient les êtres, profanent et dévastent la Terre, ainsi que les chaînes des gens et leurs fardeaux, pour comprendre ce que sont vos pensées et vos travaux. En vous proclamant savants, vous pensez pouvoir tout vous permettre, jusqu’à changer la nature, comme si la Terre et ses habitants étaient les ouvrages de vos mains. Non seulement vous ignorez tout de l’existence, mais encore vous êtes convaincus d’être plus que les prophètes qui ont depuis toujours annoncé le sort de ce monde.

(12) Avec beaucoup d’arrogance, vous faisiez croire aux hommes que vous seuls aviez le privilège de connaître la matière, comme les sectes religieuses leur firent croire avec d’abominables mensonges qu’elles seules connaissaient Dieu. Et voici que plus personne ne peut ouvrir la bouche ! Eh bien, après avoir mesuré, pesé, compté vos paroles et vos œuvres, nous allons maintenant en estimer le prix. Si vous n’arrivez pas à saisir la science, c’est que vous rejetez le Créateur. Aussi, en vous substituant à Lui, vous interprétez forcément tout à l’envers, jusqu’à affirmer que Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont des étoiles manquées, alors qu’elles sont au contraire des étoiles en préparation. Vous savez boire l’eau quand vous avez soif, mais vous ignorez toujours par quel mystère elle se trouve en abondance sur la Terre. Vous parlez de la particule et de l’astre, sans toutefois connaître le cycle de la matière. Vous donnez des explications, mais sans connaître le principe d’existence des masses. Vous prétendez, vous affirmez et conduisez le monde à sa ruine. Hypocrites ! Aujourd’hui vous êtes mis à la porte, car vous n’êtes pas de taille à sortir Dieu de son univers, et vos bras sont trop courts pour abolir ses règles.

(13) Depuis que je vous observe, je vous entends dire aux peuples : vous allez bientôt tout savoir sur la vie, car nous venons de découvrir ceci et cela avec lesquels nous allons enfin pouvoir démontrer l’univers et qui nous sommes ! Mais vous continuez d’entraîner les hommes dans vos mensonges, jusqu’à leur faire croire qu’ils sont une espèce de singes qui évolue indéfiniment... Vous ajoutez que le passage de l’humanité sera bref, et que même l’univers disparaîtra ! Avec de telles paroles, vous ôtez le désir de vivre, parce que de telles affirmations détruisent les esprits des hommes et annulent en eux leur raison d’exister. Mais la vérité va leur apparaître toute autre je vous le dis, et cette fois la vie trouvera tout son sens dans leur cœur.

(14) Étant incapables de lire les Écritures, vous les contestez. Et en me regardant d’en haut, vous ricanez. Mais où situez-vous la sagesse depuis vos tours : au sein de vos chaudrons nucléaires à partir desquels vous produisez les armes effroyables de la fin et les déchets contaminés ? Ou bien dans les eaux souillées par vos produits ? Serait-elle dans vos laboratoires où vous cultivez d’abominables maladies avec les militaires pour exercer votre domination sur les populations ? Se cacherait-elle parmi vos victimes qui meurent chaque jour et que l’on ramasse le long des routes et autour des villes ? La voyez-vous dans vos industries qui détruisent les sites, l’air, l’eau, les animaux en grand nombre, les semences et le climat ? Habiterait elle parmi ces peuples qui, voulant vous suivre, sont appauvris et ébranlés sur leurs bases, et désormais semblables à des squelettes sur pieds ? Est-ce la sagesse ou votre immense vanité qui vous fait croire que vous êtes au-dessus du Créateur, et que vous pouvez à votre guise changer sa création par des manipulations de gènes, de cellules et d’embryons ? Insensés ! Vous ne pensez qu’à faire des chimères et des machines de mort ! Vous ne professez que la catastrophe et le néant, parce que vous n’êtes que les enseignants du mensonge et les fournisseurs de visions démoniaques desquelles sortent la violence, l’insensibilité et les moyens de l’extermination.

(15) En ayant lamentablement échoué dans vos tentatives d’explications sur l’existence, vous en êtes arrivés à cette conclusion : l’homme est un hasard ! L’eau sur la Terre est un hasard ! La Terre elle-même est un très grand hasard, ainsi que l’intelligence des hommes ! Mais dites-moi, si ce hasard-là est en mesure de concevoir et de créer les astres qui offrent des conditions de vie avec lesquelles il forme le monde espèce après espèce, jusqu’aux hommes qui rient et pleurent, n’est il pas divin ? Qu’avez-vous donc contre le Créateur pour l’appeler hasard ? Que vous a-t-il fait pour que vous soyez tous ligués contre Lui, alors qu’il vous donne le souffle de vie ? L’accusez-vous de vous laisser dévaster la Terre et d’occasionner des souffrances horribles parmi les peuples, alors qu’il vous fit connaître sa loi pour ne pas en arriver là ? Vous avez voulu vous mesurer à Dieu pour vous faire valoir aux yeux de tous, mais aujourd’hui vous voilà vaincus par une mâchoire d’âne...

(16) Misérables créatures, vous me chargez d’une lourde tâche ! Mais ce fardeau que vous placez sur mes épaules vous écrasera et vous fera disparaître à jamais de cette Terre qui ne peut plus vous supporter. En ne pouvant vous approcher du Créateur et de ses prophètes, vous n’aviez point cru à la venue du Fils de l’homme aux jours de la fin. Mais vos œuvres vous suivent ; et par vos œuvres démoniaques qui amènent la fin, vous êtes jugés. Vous allez vous en aller, car tel est l’ardent désir de Celui qui m’envoie rendre la Terre à nouveau habitable, et telle est ma volonté.

Publié dans Réalité

Commenter cet article