Energie libre

Publié le par Gerald

Energie libre
Le moteur fonctionnant à l'énergie libre (énergie gratuite) de John Bedini existe depuis quinze ans. Il fonctionne selon les principes de l'électromagnétisme découverts par Nikola Tesla avant 1900 au cours de ses essais à Colorado Springs.(voir le site Internet www.keelynet.com)
{Magazine, Nexus, No 11, 11-12/2000}

Le 13/02/1998, l'Allemagne a accordé un brevet mondial aux fabricants d'une machine productrice d'énergie libre basée sur le carbone, une feuille mince de ce matériau étant capable de produire à perpétuité 400 watts d'électricité.
{Magazine, Horizons virtuels, No 1, 05/2002, Pile éternelle}

La pile de Joe est naturelle puisqu'elle fonctionne grâce à une force vitale (l'orgone). C'est le seul appareil producteur d'énergie conçu par l'homme et naturel qui permute directement la source d'énergie initiale et l'alimentation finale. Elle semble donc fournir une "énergie libre". (Livre "Experimenter's guide to the Joe Cell" (anglais), nutech@arc-net.au)
{Magazine, Nexus, No 7, 03-04/2000}

"De tous, d'entre les morts et les vivants, c'est Crookes qui s'en est approché le plus [NDLR: de la machine à énergie libre]. Son radiomètre fonctionnera à la lumière du jour ou dans l'obscurité nocturne. Il fonctionnera partout où il y a de la chaleur, et il y a de la chaleur partout." (Nikola Tesla, conférence de 1892)
...
Radiomètre de Crookes :
Crookes (sir William), Londres 1832 - 1919. Physicien britannique, il a isolé le thallium (1861) et montré que les rayons cathodiques sont des particules électrisées. Pour étudier les rayonnements, il construit le radiomètre (1875) puis "le tube de Crookes", source de rayons X inventé en 1879.
Constitué d'une sphère de verre dans laquelle on a fait un vide partiel, et d'un croisillon monté sur un axe. Ce croisillon est composé de 4 ailettes en mica, avec une face naturelle réfléchissante et une face noircie absorbante.
Utilisé dans des conditions habituelles, le radiomètre est éclairé en lumière blanche. Les ailettes tournent dans le sens tel que les faces noires "poussent".
...
L'appareil de Tesla destiné à capter l'énergie radiante du milieu naturel est décrit dans les brevets US N°685.957 et 685.958. Un condensateur est connecté à la terre via un conducteur métallique enfoncé dans le sol. L'autre borne du condensateur est connectée à une plaque de métal de grande surface élevée assez haut au-dessus du sol. Comme la plaque est sans cesse bombardée par de l'énergie radiante, elle se charge électriquement. Cette charge est emmagasinée dans le condensateur et cherche à s'échapper vers le sol. Couplés au condensateur se trouvent un commutateur et la charge qu'il faut actionner. Le commutateur envoie par pulsations l'énergie du condensateur vers la charge, transformant l'énergie radiante en courant électrique continu utilisable.
...
Ce sont les rayons qui arrivent la nuit que Tesla voulait domestiquer à l'aide de son récepteur à énergie libre. Mais ce fut un autre pionnier qui découvrit le secret permettant de capter cette énergie cosmique : le Docteur Thomas Moray (1892 - 1972).

{Magazine, Nexus, No 17, 11-12/2001, L'énergie libre}


-Vitesse de la lumière
Le Dr J.H. Sutton (NASA) s'aperçut que si les équations d'Einstein interdisaient de trouver suffisamment d'énergie pour accélérer une particule de masse finie à une vitesse supérieure à c, rien n'empêchait en revanche une particule "née avec une vitesse supérieure à c" de continuer tranquillement son chemin.
{Livre, Age cosmique aux USA (L'), Schiff J.M., Ed. Albin Michel}

En 1970, deux chercheurs britanniques (Allen et Endean) découvraient un champ électromagnétique dans lequel les particules se déplacent à une vitesse double de c.
{Livre, Age cosmique aux USA (L'), Schiff J.M., Ed. Albin Michel}

Marco Todeschini, scientifique italien : "les derniers résultats expérimentaux détruisent les postulats de la vitesse constante de la lumière qui sont depuis 1905 la base de toute théorie, la vitesse de la lumière dépend du système de référence, tout comme la vitesse de tout ce qui est en mouvement. Le rétrécissement des corps et du temps, établis par l'équation de Lorenz et qui est la base de la relativité de Einstein, n'existe pas en réalité !"
{Livre, Livre Jaune N° 5 (Le), Collectif d'auteurs, Ed. Félix}

Les tachyons sont de fines particules virtuelles, véhiculant de l'énergie réelle mais de masse imaginaire, qui se déplacent à une vitesse supérieure à celle de la lumière.
{Livre, Coucou, c'est Tesla, l'énergie libre, Collectif d'auteurs, Ed. Félix}

Tesla déclara en 1900 qu'il avait réussi expérimentalement à parvenir à la vitesse de 475000 km/seconde et à prouver qu'il y avait dans le cosmos des vitesses allant 50 fois plus vite que la lumière.
{Magazine, Nexus, No 12, 01-02/2001}

Mac Coll des laboratoires Bell de New Jersey écrivit dés 1932 qu'une particule traverse une barrière sans délai mesurable. Eugène Wigner de l'université de Princeton arriva à la conclusion en 1955 que dans certains cas des particules vont plus vite que la lumière dans un tunnel.
T.C. Hatmann avait émis l'hypothèse et prouvé dés 1962 que certains photons pouvaient atteindre une vitesse supraluminique.
Des expériences effectuées en 1992 par le physicien Günter Nimtz de l'université de Cologne en Allemagne, ont abouti à la multiplication de la vitesse de la lumière par 4,7.
En 1993, l'équipe de Raymond Chiao, Aephraïm Steinberg et Paul Kwiat, ont réussi à multiplier la vitesse de "c" par 1,7 fois à l'université de Berkeley en Californie.

{Livre, Armes de l'ombre (Les), Marc Filterman, Ed. Carnot, Collection Ciceron}

"Deux nouvelles expériences semblent suggérer que multiplier par trois cents la vitesse de la lumière est aujourd'hui possible. Rien ne peut excéder la vitesse de la lumière, selon les manuels de classe de tout étudiant. Si cela était possible, alors la théorie de la relativité d'Einstein s'écroulerait et les lois de la physique théorique sombrerait en pleine confusion. Cependant, en utilisant une combinaison d'effets atomiques et électromagnétiques, des chercheurs ont produits en laboratoire des rayons lumineux qui semblent se déplacer plus rapidement que la vitesse de la lumière. Il s'agit là d'une telle vitesse que dans ces conditions particulières, l'essentiel de l'impulsion électrique quitte la chambre d'expérimentation avant même d'y entrer. (The New York Times, par James Glanz, 30 mai 2000)
{Livre, Franchir le seuil du millénaire, Kryeon, Ed. Ariane}

L'hypothèse selon laquelle la vitesse réelle de l'électron doit toujours être la même, quelque soit sa distance, est erronée ! La vitesse et le taux vibratoire ne sont pas la même chose, et cette différence est en rapport avec la définition physique du nuage d'électron.
{Livre, Franchir le seuil du millénaire, Kryeon, Ed. Ariane}

La limitation de la vitesse de la lumière n'est que locale.
{Livre, Origine du monde (L'), Collectif d'auteurs, Ed. Félix}

Publié dans Science et Technologie

Commenter cet article