La réalité...toute autre !

Publié le par Gerald

Observations du réel

(1) L’étude des mondes de l’univers satisfera votre esprit qui aspire aujourd’hui à
connaître la vérité. Mais l’homme ne peut comprendre que ce qui lui est donné de
voir. Or, il s’aveugle lorsqu’il développe ses facultés dans une seule discipline, parce
qu’il ne peut plus percevoir l’ensemble des réalités. Il peut alors devenir excessif et
dangereux car, occupé par ce qu’il fait, son esprit ne peut plus définir ce que doit être
la conduite de l’homme. Le bon sens le quitte, et la déraison l’emporte bien souvent.
Il est donc utile que je vous montre les astres tels qu’ils sont et comme personne ne
les a encore imaginés. Après quoi, vous saurez que le monde terrestre appartient au
nombre des mondes célestes qu’il convient de connaître pour savoir qui nous
sommes et comment nous devons vivre sur notre Terre bien-aimée.
Définitions du réel

(2) Mais, il est fort difficile d’expliquer les choses célestes avec les mots du
vocabulaire. En effet, tant que l’homme ignore que tous les astres du ciel sont des
aimants (des corps solides par conséquent) qui naissent à partir d’autres aimants, et
que leur activité est la force unique de l’univers, on ne trouve pas toujours les mots
correspondants dans son vocabulaire. Pour y remédier, composons ce petit lexique
qui facilitera la compréhension :
• MATIÈRE : éther subtil, ou essence, qui constitue l’espace et les masses.
• GALAXIE : roue composée de masses aimantées.
• MASSE : particule et astre.
• PARTICULE : aimant le plus petit, constitué d’essence.
• ASTRE : aimant le plus grand, constitué de particules.
• AIMANT : masse métallique dotée d’une activité électromagnétique, comprenant
magnétosphère - lignes de force - anneaux.
• MAGNÉTOSPHÈRE : essence de l’espace qui descend sur l’aimant en faisant pression
sur les corps, et en donnant naissance à des corpuscules par condensation.
• LIGNE DE FORCE : boucle formée par les électrons qui quittent l’hémisphère nord et
reviennent sur l’hémisphère sud de l’aimant en passant dans l’espace.
• ANNEAU : cercle d’électrons en orbite autour de l’aimant et provenant des lignes de
force. Il est constitué de deux parties côte à côte, tournant en sens inverse.
155
• ÉLECTROMAGNÉTISME : étude de l’activité des masses aimantées, que sont les
particules et les astres.
• ÉLECTRICITÉ : courant de la matière : magnétosphère - ligne de force - anneau.
• CHAMP MAGNÉTIQUE : espace dans lequel l’activité de l’aimant se fait sentir.
• FORCE, ÉNERGIE : mouvement de la matière.
• TEMPS : perception humaine de la durée des phénomènes.
• TEMPS TERRESTRE : les vingt-quatre divisions (heures) de la rotation de la Terre
sur son axe, et les douze divisions (mois) de sa révolution (année) autour du Soleil,
servant à mesurer la durée des phénomènes.
• VITESSE : allure de déplacement ou de transformation d’un corps, pouvant être
mesuré en temps terrestre.
• ESPACE : volume d’essence, permettant existences et distances des masses.
• INTÉGRATION : essence devenant masse.
• DÉSINTÉGRATION : masse redevenant essence.
• PESANTEUR : corps accusant la pression magnétosphérique.
• APESANTEUR : corps échappant à la pression magnétosphérique.
• ANTIPESANTEUR : corps s’élevant contre la pression magnétosphérique.
• ÉTOILE : aimant principal activé par ses aimants secondaires.
• PLANÈTE : aimant secondaire évoluant autour de l’aimant principal.
• PLANÉTOILE : planète-étoile se préparant à briller : Neptune - Uranus - Saturne -
Jupiter.
• SATELLITE : petit d’une planétoile évoluant autour de celle-ci en la sollicitant.
• NOVA : planétoile venant de s’éclairer.
• NÉBULEUSE : nuage de vapeurs, de brumes et de cristaux s’éloignant d’une nova.
• CHAMBARDEMENT : bouleversement créé dans la famille d’une nova (changement
de position des planètes).
• ONDES : vibrations diverses occasionnées dans l’essence, les fluides et les solides.
• ASTÉROÏDES : corps solides évoluant dans l’espace et arrachés aux astres lors de
collisions ou d’explosions volcaniques.
• NUAGE GALACTIQUE : poussières, fumées et vapeurs provenant du travail et de la
fin des astres.
• CRÉATURE : être créé par l’Esprit céleste à partir des astres.
• ESPRIT CÉLESTE : souffle de Dieu qui crée et anime les êtres.
• HOMME : ange en formation.
• ÂME : écritures du vécu, destinées à la vie éternelle.
• ANGE : homme éclairé soumis à son créateur.
• DIEU : Être suprême, Créateur et Maître de Son univers.
Ces mots éclairent l’esprit car, tirés du réel, ils montrent que l’univers est une
immense force dotée d’intelligence et de raison.
Composition des galaxies

(3) Consacrée aux formations célestes et terrestres, la deuxième partie du livre
démontrera que chaque étoile éclaire son propre monde et qu’elle brille grâce à ses
astres. On saura alors qu’une galaxie est une composition de sphères métalliques
aimantées, entourées ou pas d’un manteau, qui ont une activité variable selon qu’il
s’agit d’un satellite, d’une planète ou d’une étoile. Elle est un corps composé, qui
n’est pas figé mais toujours en travail, sans quoi elle n’aurait aucune possibilité
d’existence. Ce travail est la continuelle INTÉGRATION – DÉSINTÉGRATION de la
matière que nous avons évoquée, nous montrant par ailleurs que le volume de
l’univers est entièrement fait d’essence. Car il va de soi que ce mouvement de
matière ne peut se faire que dans l’espace où cette matière est prise et restituée...

(4) L’univers comprend à la fois l’essence de l’espace, et les galaxies sans nombre
qui trouvent corps grâce à cette essence. L’essence est donc LA MATIÈRE. Les galaxies,
au milieu desquelles nous avons précédemment évolué, sont ainsi comparables à
des troupeaux d’astres qui paissent tranquillement cette essence qui sert à les former
et à entretenir leur perpétuel renouvellement. Mais si dans un troupeau quelconque
il y a plus de naissances que de disparitions, ce troupeau grandit d’autant ; et le
contraire se produit s’il y a plus de disparitions que de naissances. Par conséquent, si
ces deux phénomènes contraires ne sont pas d’égale importance, le troupeau grandit
ou diminue. Mais s’il y a équivalence des naissances et des disparitions, le troupeau
reste tel qu’il est. Un troupeau peut ainsi diminuer plus ou moins vite et augmenter
ensuite. Il en est de même pour les galaxies qui se nourrissent de l’essence de
l’espace. Il suffit alors d’en saisir une pour toutes les saisir, parce que l’activité
électromagnétique ne permet pas l’existence de galaxies de nature différente.

(5) Une galaxie renferme aussi des nuages de cristaux de glace, de poussières
diverses et de fumées, ainsi que de nombreux corps errants, telles les comètes et les
météorites. Ces nuages et ces corps ne sont nullement l’origine des astres comme
l’enseignent les astronomes, mais les conséquences de leur travail et de leur
disparition. S’ils ne sortent de la Galaxie, ce n’est point parce qu’ils sont attirés par
les astres qui la composent, mais parce que l’immense magnétosphère générale qui
entoure la Galaxie fait pression sur tous les corps qu’elle renferme. Cela sera
démontré, car c’est grâce à la magnétosphère des astres que l’on pèse.

(6) Ceci nous montre qu’il ne faut pas se tromper de côté sur l’origine des
formations. Sinon on devient semblable à ceux qui ne démontrent que leur stupidité
lorsqu’ils disent que ce sont les nuages de la Galaxie qui donnent naissance aux
étoiles. Dans l’inversion de la réalité, ils n’ont pas leur pareil, car a-t-on jamais vu la
fumée (les nuages) être la cause du feu (les étoiles) ! Un nuage de fumée est la
conséquence du feu et non la cause ! Je vous le dis, s’ils s’imaginaient qu’il existe des
astres carrés, ils finiraient par prouver leur existence, comme ils prouvent avec de
longs mensonges le commencement et la fin de l’univers...

(7) Mais avant d’étudier la naissance des astres, leurs mouvements réguliers, et
voir comment ils s’échauffent, se développent, forment leur manteau, ainsi que les
continents, l’eau, les volcans et l’atmosphère, il faut d’abord s’apercevoir, avec
l’INTÉGRATION – DÉSINTÉGRATION perpétuelle de la matière, que l’univers n’est
nullement chaotique comme le prétendent les savants, mais qu’il est au contraire
stable, calme et d’une grande subtilité d’existence. Car tout ce qui est masses (les
galaxies) est matière intégrée, et tout ce qui n’est pas masses (l’espace) est matière
désintégrée. Il est stable par conséquent, car il y a autant de matière qui s’intègre
que de matière qui se désintègre dans un même mouvement. C’est pourquoi seuls
l’équilibre, l’harmonie et la constance règnent dans l’univers.

Publié dans Univers

Commenter cet article