La haye

Publié le par Gerald

 Milosevic redoutait d'être empoisonné, selon un de ses conseillers juridiques
  
LA HAYE (AP) - Slobodan Milosevic a écrit le 10 mars une lettre de six pages affirmant que des traces d'un «puissant médicament» avaient été retrouvées dans son sang
et qu'il redoutait d'être empoisonné, a déclaré dimanche un de ses conseillers juridiques, Zdenko Tomanovic.

M. Tomanovic a montré la lettre aux journalistes, au tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie à La Haye. Milosevic, 64 ans, a été retrouvé mort samedi matin dans sa cellule du centre de détention du TPIY de Scheveningen, dans la banlieue de La Haye, apparemment de causes naturelles selon le tribunal onusien. Une autopsie pour déterminer les causes exactes du décès devait être pratiquée dimanche à Amsterdam, en présence d'un médecin légiste serbe.

Slobodan Milosevic, a expliqué Zdenko Tomanovic, redoutait »gravement» d'être empoisonné.

Il affirmait dans sa lettre, dont l'ambassade russe était destinataire, que des traces d'un médicament utilisé pour le traitement de la lèpre ou de la tuberculose avaient été retrouvées lors d'un examen de sang le 12 janvier.
D'après le conseiller juridique, Milosevic lui a dit: «ils aimeraient m'empoisonner».

»Dans tous les cas, les personnes qui m'administrent le médicament pour le traitement de la lèpre ne peuvent sûrement pas me soigner, et en particulier ces personnes contre lesquelles j'ai défendu mon pays dans la guerre et qui ont aussi intérêt à me faire taire», affirme-t-il dans la lettre, dont M. Tomanovic a lu un extrait.

L'avocat belgradois a décrit le médicament comme un antibiotique, affirmant ne plus se souvenir de son nom.
Milosevic, a-t-il ajouté, ne prenait jamais sciemment ce genre de traitement.
L'avocat dit avoir vu l'ancien dirigeant serbe vendredi 10 mars à 16h30.
Il a été retrouvé mort le samedi matin et la lettre a été transmise à l'ambassade russe.
AP ll/v0219
© AP - The Associated Press.

Publié dans Justice

Commenter cet article